AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Oswald E Beleren

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Dim 28 Fév - 17:19

Être un hollow n'est pas facile tous les jours, entre la véritable inquisition lancée par les shinigamis à l'encontre de leur race, le risque de devenir un simple gillian privé de raison et d'individualité et les morfales comme Oswald rares sont les âmes passées dans leur rang pouvant se targuer d'avoir eu une longue vie et encore moins ont réussi à en profiter. Pourtant, l'arrancar Oswald se considérait lui même comme relativement heureux. Il se contentait de relativement peu, n'ayant aucune notion de propriété, et n'avait besoin que de s'alimenter pour être satisfait de sa journée. Pourtant même ça était devenu problématique depuis quelques temps, surtout depuis l'arrivée d'Aizen dans le Hueco Mundo à vrai dire. Avant, étant l'un des rares Arrancars à parcourir les vastes étendues sablonneuses aucun de ses semblables ne pouvait lui arriver à la cheville, même certains Vastos Lorde réfléchissaient à deux fois avant de l'attaquer. Tout ce qu'il faisait chaque jour se résumait à dévorer le premier Hollow à lui passer sous la main sans état d'âme ni aucun regret, devenant de plus en plus monstrueux chaque jour. Il y eu bien entendu quelques exceptions, l'esprit d'Oswald devenant plus affuté et cohérent après chaque repas se forgeant par lui même. L'arrivée d'Aizen changea la donne, organisant et unissant les forces des Hollows autour d'une cause, la sienne, et faisant évoluer la piétaille en arrancar sans même réfléchir aux résultat sur l'écosystème de la dimension. Il est vrai qu'il avait établi un semblant d'ordre mais les proies se faisaient de plus en plus rare à la surface, se cachant dans le yermo, alors que les sbires du nouveau maître du monde vide tentaient de forcer Oswald à contribuer à leur projet dans un premier temps, avant d'essayer de l'éliminer.

Ce monde n'est plus fait pour moi, se dit-il, si je reste c'est la mort ou l'asservissement assuré. Peut-être que je trouverais mon salut ainsi que mon avenir là-haut, pensa-t-il en regardant le ciel étoilé du Hueco Mundo, parmi les humains. Shinigamis, pfu.....tous des hypocrites nous affamant ou nous réduisant en esclavage. Ils verront, je les dévorerais tous jusqu'au dernier puis je ferais de ce monde mon garde-manger.

Ce fut à la suite de cela qui décidé de revenir au monde qui l'avait vu naitre, affamé comme jamais, et qu'il fit une entrée des plus remarquée dans la ville en commençant directement par se repaitre d'âmes sans crier gare. Le ventre remplit, il fit une rencontre des plus mouvementée qui étrangement semblait occultée de sa mémoire. Ce n'est pas la première fois d'ailleurs, son crane étant un vrai gruyère au sens propre du terme. Le polymorphisme n'a pas que des avantages et avoir un cerveau en perpétuel mouvement et évolution à quelques effets secondaires sur sa mémoire qui peut revenir à un instant pour disparaitre à nouveau peu après. Un seul nom lui revenait à l'esprit en permanence:

"Cronos"

Il avait entendu quelques rumeurs à leur sujet d'un shinigami à l'agonie qu'il dévora en début de journée, selon lui c'était une organisation d'êtres hors normes de tous bords désirant mettre fin à la guerre entre Hueco Mundo et Soul Society. Se connaissait relativement bien Oswald se demandait s'il n'avait pas rejoint ce groupe à la suite de la fameuse rencontre toujours aussi flou dans son esprit tordu et brumeux.

"Je verrais cela en temps utile, mon instinct me dit que les choses ne vont pas tarder à bouger par ici..........Bon où en étais-je déjà ? Ah oui, éliminer le menu fretin"

Oswald, prit depuis un moment déjà dans ses cogitation porta son regard sur les personnes l'entourant de toutes part sur le toit de l'immeuble où il avait élu domicile et presque pris racine. Il ouvrit négligemment son énorme gueule pleine de dent et lâcha un vaste soupir martelant légèrement le sol du bout de son talon tout en passant sa main droite dans sa chevelure légèrement soulevée par la douce brise qui se manifestait sur le toit presque calciné par les sorts de Kido lancés par de jeunes recrues shinigami qui étaient tombées par hasard sur Oswald lors d'une patrouille essayant de lui infliger de quelconques dégats en attendant l'arrivée plus qu'improbable de renforts. Les pauvres, encore bien inexpérimentés, se démenaient et envoyaient tout ce qu'ils avaient mais rien n'y faisait. Oswald absorbé par ce qui parcourait son esprit avait complètement oublié leur présence et ce fut un shakao lancé par l'une des recrues qui le sortit de sa torpeur. Le bleu remit les bouchées double et ce lança zanpakuto en avant sur L'arrancar affamé, et assez paresseux il faut dire, qui stopa le coup qu'il venait d'engager dans sa charge du bout de son annulaire. Le shinigami découragé et ayant reculé de quelques pas fut ratrappé par la main D'oswald, au bout de son bras plus étendu que d'habitude, qui aggripa fermement la garde du guerrier avant de le ramener droit sur lui. Tenant fermement la tête du pauvre bougre entre ses mains pourvues depuis peu d'attributs des plus tranchants et ne prêtant aucune attention à ce que lui hurlaient les autre quidam de la zône il ne pu retenir un long filet de bave qui coula depuis ses lèvres et perla lentement jusqu'au visage du shnigami. Le sourrire d'Oswald s'agrandit d'un coup alors qu'il approchait son visage de celui de sa proie.

"Ne t'inquiète pas, tu continueras à vivre à travers moi pour l'éternité"

Murmura Oswald à l'oreille du shinigami Avant d'engloutir d'une bouchée sa tête en entier

Le hollow ne put retenir un rire gargantuesque de sa poitrine qu'il cracha au visage des jeunes dieu de la mort faisant l'effet d'une vraie bombe. Ils attaquèrent un à un, tombant sous les coups de pied, de griffes, de fouet,de poing, de masse, de tête et dents d'Oswald. Bientôt il ne resta plus que lui, sa veste complètement calcinée dévoilait sa poitrine d'un noir profond ainsi que le masque blanc, seul ilot de pureté sur le torse de l'arrancar. Il jeta un simple coup d'œil derrière lui et partit dans un court monologue avant de retourner au niveau du sol de Karakura, parmi les simples piétons.

"Et bien je me suis lâché aujourd'hui"
dit-il d'un air fier et enfantin devant le plafond prêt à s'écrouler sur les résidents de l'immeuble et la véritable marre de sang qu'il venait de réaliser "Dommage que ces pauvres petits n'aient pas été plus puissant, ils ont à peine tenu quelques instants. Ça aurait pu devenir intéressant.....Ah, pas grave au moins j'ai bien mangé mais je suis loin d'être repu."
"Merci pour le repas, camarades."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Sam 6 Mar - 16:17

Encore une patrouille littéralement avalée par le néant, encore de jeunes, trop jeunes shinigamis disparaissant en un instant de la surface des mondes sans crier gare. Ce n'était pas la première fois ces derniers temps, que des Shinigamis en patrouille se faisaient agresser de façon inexplicable et sauvage à Karakura. C'était toujours le même shéma, l'équipe de surveillance en place au Seireitei repérait un Reiatsu, le signalait à la patrouille la plus proche, qui se rendait sur place et disparaissait des écrans en un instant. Il ignorait si c'était le fait d'une bande organiser, ou des êtres de plus en plus puissant se réunissant à Karkuara, sentant qu'il s'y préparait quelques choses, qui tombait au gré de leur déambulation sur quelques shinigamis, un peu trop sûre d'eux et incapable de se rendre compte du danger, qui tête baisser fonçaient droit dans un mur. Cette énième disparition prouvait qu'il s'agissait d'adversaire puissant, ou du moins d'un niveau équivalent à celui d'un lieutenant. Ce qui pour lui ne représentait pas grand chose, mais pour le commun des mortels était synonyme d'une maîtrise au dessus de la moyenne. Un lieutenant était parfaitement capable de se débarrasser de quatre ou cinq de ses subordonné, non gradé, en l'espace de quelques instant.

Au fond les causes de ces attaques et disparitions lui importaient peu et les conséquences étaient minimes, ce qui l'ennuyait d'avantage c'était que ce genre d'opération nuise profondément à l'image même du Gotei 13 et que certain, pensant être à l'abri de toute réprimande et hors de porté du bras armé de la Soul Society, intensifient ce genre de bravade et finisse par les gêner en des situations autrement plus importante. Le Sô Taisho soupira longuement en passant en revue tous ces gêneurs qui retardait la bonne marche des opérations du Seireitei. Que des épines dans le pieds, rien de bien grave, mais qui transformait un pas sûre et décidé en une marche boitillante et souffreteuse. De ça il n'en était d'ailleurs pas question, il était plus que temps de déblayer le chemin, réinstaurer la crainte dans les esprits et montrer à tous ceux qui voudrait se dresser contre eux que le Seireitei ne laisserait personne les agresser impunément.

Le problème était cependant désormais pratique, la plupart des capitaines étaient occupés, les lieutenants géraient dès lors les divisions ou étaient eux-même absent. Et hors de question d'envoyer des officiers de grade inférieur, il ne pouvait de prendre le risque de perdre un officier. Sans que tous s'en rende compte, le climat était tendu, la situation précaire et tout pouvait d'un moment à l'autre basculer, l'univers glissait lentement dans un faille, l'entraînant vers le néant. Tous cela à cause de trois renégats, trois traîtres qui avaient osés abuser de sa confiance et de son estime. Leur temps viendrait, mais il laissait plané leur sombre aura sur le Seireitei, se rappelait à eux insidieusement au moindre problème, au moindre incident. Et il ne fallait donc pas laisser s'éterniser le moindre petit problème susceptible d'insinuer le doute ou le stress. Il fallait réagir à chaque nouvelle situation avec une inhabituel rage de vaincre, une imparable volonté d'écraser ceux qui voudrait entraver ce qui ne pouvait être, il en était certain qu'une marche triomphale.

C'est pourquoi il ne fallait plus attendre et intervenir maintenant, l'auteur du massacre devait encore être sur place, on venait de le lui signaler. De plus les écrans avait localiser une Reiatsu de type Hollow,ce qui indiquait que la créature poursuivait un but, aucun Hollow de ce niveau ne s'aventurerait jusque dans le monde des humains sans une excellente raison. C'était d'ailleurs bien là la preuve que la peur qu'inspirait les Shinigamis d'ordinaire n'était plus, ou plus tout à fais. Ce n'était toutefois que des spéculations, mais des spéculations bien suffisante pour qu'il se sente l'envie de prendre lui-même en main cette mission. Combien de temps? Depuis combien de temps n'était il pas descendu lui-même dans le monde des humains? Depuis combien de temps ne s'était-il pas donné la peine de punir lui-même du haut de son incommensurable puissance ceux qui osai défier le Gotei 13 et donc le défier lui. Il était malheureux qu'il en soit arriver à considérer cette option, au fond il ne devrait même pas y penser. Mais puisqu'il y était, pourquoi ne pas faire jouer ses vieilles articulations trop endormie et qui manquait décidément d'exercice. Hochant imperceptiblement la tête pour lui même, il pivota lentement sur ses appuis et se dirigea vers la porte de son bureau. Il était resté tous ce temps, perdu dans ces pensées, perché au bord du balcon, immense ouverture vers le ciel dans ce bureau au dallage blanc dénué de tout ornement. Vide, d'une sobriété à l'image de son occupant...

D'un coup, la porte de bois massif à peine franchie le corps du vieillard disparu, comme une vision chassé par un coup de vent trop frais qui vous fais reprendre pied avec une réalité perdue l'espace d'un instant. Un papillon vint quelques instant plus tard effleurer le joue d'une des Shinigamis de la douzième division, charger de la surveillance du monde humain et de la préparation du portail, dont les yeux fatigués étaient rivés depuis des heurs sur les immenses écran de contrôle. Et qui s'agrandirent au file des mots qui s'écoulait dans son esprit, par le biais du papillon. Comme si le vieux commandant s'était trouvé à ses côtés, elle hocha la tête abasourdie et ses doigts jouèrent sur les clavier tandis qu'elle lançait des ordres aussi brefs que paniqué autour d'elle attirant les regards désabusés de ses congénères, qui un instant la prirent pour une folle puis s'activèrent à leur tour, préparant le portail pour le passage de leur illustre supérieur, qui descendait dans le monde des Hommes. Aucun d'eux ne comprenaient, c'était si inhabituel que l'effet de surprise ne parvenait pas à retomber. L'affaire était préoccupante c'est vrai, mais de là à intervenir lui-même la marge était supposer encore énorme et pourtant...Ce qui voulait dire deux choses, soit la situation était plus préoccupante qu'elle n'y paraissait, soit le Sô Taisho était vraiment excédé.

D'un pas décidé le capitaine commandant franchi le portail qui s'ouvrait à présent lentement devant lui, transperçant les enveloppe protectrice qui séparait les différents monde le plus vieux des Shinigamis connu posa un pied sur la surface bétonné de Karakura quelques instant après avoir franchi la porte du côté Seireitei. Ses yeux balayèrent les environs machinalement tandis qu'il respirait l'air poisseux et polluer de la petite ville. Il se rappelait maintenant pourquoi il ne descendait jamais en ce bas monde, bien évidemment parce qu'il était un homme occupé, mais aussi parce qu'il n'éprouvait plus aucun plaisir à cep ramener invisible parmi les êtres de chaire. Il détestait ces paysages gris et morne que les civilisation avaient bâtis avec tant d'acharnement, il les avait en horreur. Il détestait l'air ambiant, comme lesté de plomb et cette manie invraisemblable que les hommes avait de détruire tous ce qu'il touchait et tous ce qui les constituait et leur permettait de vivre et de prospérer. Le conflit inhérent à chaque homme en faisait une créature par nature déséquilibrée. S'il avait été plus jeune peut-être un vague sourire étirerait-il ses lèvres en constatant que ces réflexions étaient valable pour les âmes comme les corps de chaire, le premier étant issu de l'autre. Et que lui plus qu'aucun avait lutté à la recherche de cette équilibre fondamentale qui permet de juger efficacement et de combattre pour la préservation d'un juste milieu et d'un ordre des choses qui plus qu'universel était la voie imposé par l'univers dans lequel on vivait. Qui étions nous pour vouloir en bouleverser les tréfonds finalement...

Sortant de sa torpeur il avança tranquillement dans la ruelle ou la patrouille était sensée avoir disparue. Quelques traces de sang subsistaient encore, mais comme tout élément spirituel éteint, peu à peu ces dernières preuves du combat aussi inégale que bref qui s'était déroulé ici s'effaçaient. S'évaporant en de minuscule particule spirituel tandis que leur structure même se désagrégeait. Si il se fiait à ces quelques ébauches de ce qu'avait du être l'affrontement, au vu de l'absence de corps en désagrégation et la disparition brutale de leur énergie sur leurs écran indiquait qu'ils était soit mort sur le coup un par un, soit qu'il se soit tous fais dévoré. La deuxième option, sans qu'il ne sache pourquoi lui semblant particulièrement plausible. C'est à ce moment qu'il senti une vague émission d'énergie, infime, presque indétectable, mais qui n'échappa pas à ses sens sur-développer et sur-entraîné. Sans attendre il se propulsa d'un Suunpo vers l'endroit approximatif ou il pensait avoir repérer ce qui ne pouvait qu'être la raison de sa venue, aucune autre entité n'ayant été signalée dans les environs.

Il réapparu quelques ruelles plus loin, ses déplacements étaient à ce point travaillé et efficace qu'il ne lui avait fallu qu'un Shuunpo d'une précision sidérante pour arriver la où il le voulait. En quelques seconde il repéra l'objet de sa venue, un Arrancar, comme il le soupçonnait depuis quelques instants. Intéressant, au fond il n'avait que très rarement rencontré ces créatures étonnantes qui pullulaient depuis la trahison. Quelques curiosité que de voir ces démons revêtir une forme humaine, la seul trace de leur véritable nature étant les quelques lambeaux de masques qui trainaient encore de ci de là ostensiblement ou non. Son aura elle ne mentait en tous cas pas, c'était l'énergie spirituel d'un Hollow, surement pas le plus puissant qu'il ait rencontré, mais pas le plus faible c'était au moins aussi sûre. Cependant, après que son esprit ce soit penché quelques instants durant, sur le cas de ce nouvel adversaire qui avait osé éradiquer de la surface du monde plusieurs de ses subordonnés. Il en arriva vite à la conclusion qu'il ne lui arrivait pas à la cheville et que, sans les nombreux humains qui marchaient sur les trottoirs à sa gauche et sa droite, qui le traversait indifférent à sa présence, incapables de le voir. Sans ces voitures et tous ces horribles bâtiment de pierre, il l'aurait probablement réduit en cendre en l'espace de quelques instant. Mais parce qu'il se trouvait au milieu d'une ville et parce que Ryujin Jaka ne pouvait que très difficilement Être employé dans ce genre de décor sans causer de grand dommage. Il devrait s'employer autrement pour effacer cet importun de la surface de la planète. D'un coup afin d'attirer son attention, il relâcha légèrement le contrôle sur son immense Reiatsu laissant filtrer un peu de son immense puissance. Ce n'était rien, rien de plus qu'un grand de poussière au milieu du mistral, pourtant les plus sensibles des humains au alentour s'arrêtèrent un instant, frissonnèrent parfois, comme s'il avait perçu quelques choses qui leur échappait.

Si tu as un tant soit peu de jugeote...Tu fuiras petit Arrancar.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oswald E Beleren

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Dim 7 Mar - 13:58

La journée reprit son cours normal, Oswald vaquant dans la ville laissant ainsi libre cours à son oisivetés naturelle. Cette promenade digestive fut l'occasion de se dégourdir les jambes, et d'éliminer au passage un autre hollow attiré par l'énergie spirituelle d'Oswald qui la camouflait autant qu'il pouvait, chose plus que difficile quand vous n'exister que partiellement dans ce monde et que votre forme physique n'est pas stable le moins du monde. D'ailleurs, ces derniers notre ami avait pris l'habitude de s'entrainer un peu, voir si les limite de ses pouvoirs avaient changées. Résultat, Karakura se retrouvait en son cœur avec un arrancar souffrant de faim permanente en train de passer le temps en se baladant et tuant ses congénères tout en passant en revue les différentes formes que pouvaient prendre ses bras. Il avait même commencer à chantonner un léger air, entendu probablement près d'un magasin ou au détour d'un ruelle, sans se soucier de quoi que ce soit. Il faut dire que les choses étaient tout de même calmes depuis son arrivée, il vivait en toute quiétude sans que personne ne vienne le déranger, à part quelques shinigamis ou hollows de temps en temps. Cependant quelque chose dérangeait l'arrancar, une sorte d'impression étrange dans l'air provoquant de légères décharges électriques sur sa langue. Il n'y prêta pas attention au départ mais tout changea lorsqu'il sentit une pression spirituelle écrasante provenant de derrière, quelque chose d'absolument énorme qui affectait jusqu'aux humains environnant de par son intensité. Oswald se retourna lentement, affichant un air aussi calme et neutre que d'usuel tout en conservant son fameux sourire.

L'énergie provenait d'un homme, apparemment extrêmement âgé et pourvu d'une barbe étonnamment longue d'un blanc immaculé s'arrêtant au niveau de ses genoux tronait fièrement devant Oswald, ses deux mains posées sur ce qui semblait être une canne ou un artifice du même acabit. Son visage, creusé par l'age et les nombreux combats qu'il avait dû mener, affichait une sagesse hors du commun et avait ceci de particulier qu'il inspirait à la fois crainte et respect sans qu'il n'ai ne serais-ce à esquisser la moindre émotion. Il était vêtu de l'uniforme des shinigamis sans oublier ce fameux Haori blanc, emblème des capitaines du Gotei. Le numéro 1 y était affiché. Oswald ne put contenir un léger rire nerveux, pas réellement de la peur n'ayant aucune idée de ce qu'elle pouvait être mais plutôt de l'étonnement. Ils ne bougeaient pas d'un millimètre se fixant droit dans les yeux pendant quelques minutes. Ce fut au final Oswald qui prit la parole le premier.

"Vous êtes le capitaine de la première division de shinigamis du gotei n'est-ce pas ? Je dois dire que c'est un honneur de vous voir vous déplacer pour quelqu'un comme moi. J'imagine que vous n'avez pas eu le choix, cette situation me faisant penser à quelqu'un désirant écraser une mouche avec un lance-flamme, mais tout de même j'avoue qu'il y a de quoi être fier"
Surtout si je réussi à survire à ça, pensa-t-il "Bon y a-t-il une raison particulière qui fasse que je sois toujours en vie ? Vu que je ne dois pas être une menace quelconque pour vous." rajouta-t-il avec une pointe d'arrogance

Au fond de lui Oswald connaissait la réponse, à savoir que la zone était encore remplie d'humains et que se battre dans ces conditions entrainerait inévitablement des dommages collatéraux catastrophiques. Cela aurait put être sa chance Malheureusement ses compétences en sonido n'auraient jamais suffit à distancer un tel adversaire. La seule chose qui restait à faire en fait était de s'assoir et d'attendre la suite des évènements, sachant qu'Oswald était très largement avantagé tant que le Ichi Ban Tai Taisho était obligé de ne pas se servir de son sabre. En condition cas d'extrême nécessité sa resurrection aurait elle aussi pu jouer dans la balance. En fait en cas d'affrontement tout se jouerait sur le bluff et l'exploitation des opportunités à la disposition de l'Arrancar et ainsi pouvoir fuir sans trop de dégâts. Une victoire ne semblait que très peu envisageable et la réussite de sa fuite reposait sur l'effet de surprise compte tenu des pouvoirs d'Oswald. D'ailleurs, maintenant qu'il y pensait Oswald ne voyait pas de sabre parmi les possessions du capitaine, encore un élément venant s'ajouter au reste et celui-ci n'était pas des meilleurs augures. Alors qu'il cogitait à une éventuelle solution, Oswald essayait d'alimenter une conversation qui semblait à sens unique histoire de gagner un peu de temps et affiner sa stratégie de sortie. S'appuyant contre un poteau électrique et s'étant rapproché légèrement du capitaine Oswald reprit la parole.

"Enfin, que je meurs ou pas aujourd'hui ça ne changera rien... Je ne suis rien sur l'échiquier qui vous oppose au Hueco Mundo, enfin disons plutôt que je serrais de l'opposition locale et que je désire la tête d'Aizen. Mais je suis loin d'être le seul."

Oswald se mit ensuite à rire, un rire simple et profond provenant de ses entrailles.
"En fait, je pense que ce doit être insultant pour vous de venir ici, pour m'éliminer sans aucun doute, alors que je ne suis rien si ce n'est quelqu'un voulant vivre libre loin des contraintes imposées par Aizen et si possible des shinigamis. Ce dernier avait d'ailleurs essayer de me rallier à sa cause, qui sait peut-être que je serais espada à l'heure qu'il est si j'étais resté. Enfin, puissant ou non un esclave reste un esclave et je refuse d'en devenir un. Alors qu'allez vous faire ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Mer 10 Mar - 14:22

L'Arrancar se mit à parler, il l'écouta attentivement, après tous c'était peut-être ses dernières paroles, un peu de respect pour un future mort, ça n'avait finalement rien de déplacé. Son discours commença cependant à l'intéresser...L'opposition locale? La tête d'Aizen? Se pourrait-il qu'un nouvelle faction se soit discrètement intégrer à cet échiquier auquel il se référait? De nouveau protagoniste qu'il n'avait pas vu arriver? L'information le laissa perplexe, que penser de l'entrée en jeux de nouveaux élément dans une danse au pas déjà fort compliqué. Amis ou ennemi qui plus est? La question méritait d'être posée et se devait de requérir toute son attention. Il lui faudrait sérieusement se pencher sur le sujet lorsqu'il rentrerait au Seireitei et à l'aide de ses capitaines, creuser la question. Il est vrai qu'a priori le petit Arrancar ne représentait pas grand chose pour lui et si tous relevait du même niveau de puissance, au fond c'était un allié qui loin d'être inutile pourrait néanmoins les gêner, d'autant que comme toujours, il doutait qu'une tel et hypothétique faction se plie à la stratégie et la volonté du Gotei 13 avec plaisir et sourire au lèvre. Dès lors il pourrait bien devenir dangereux...Et de toute rien ne garantissait la véracité de ses propos ni que ce soit des alliés potentiel. Avait-il seulement besoin d'allié? Et d'allié dans son genre, capable de dévorer une patrouille de Shinigamis entière et donc probablement dévorer par la faim insupportable et caractéristique des Hollows.

Cette dernière pensée le ramena sur l'objet de sa venue et une chose une seul lui apparu claire pour l'instant, bien qu'il ne soit pas pressé finalement, il devait punir ce misérable pour s'en être pris à des représentant du Gotei 13. Qui qu'il soit et quelque soit son organisation, une petite leçon dans ce genre ne leur ferait de toute façon pas de mal, avant toute chose il était important de bien leur faire comprendre que le Gotei 13 n'aimait ni être gêner, ni qu'on s'en prenne sans vergogne à lui et ses soldats, tous crime de ce type ne restait jamais impuni. Dans ce sens il était nécessaire d'apprendre à ce représentant de cette nébuleuse et éventuel « opposition locale » les bonnes manières. Puisqu'il ne pouvait pas vraiment savoir s'il s'agissait d'ami ou d'ennemi il ne prendrait cependant pas le risque de le tuer. Tous ceci servirait de façon tout à fais compréhensible d'avertissement sans paraître être cependant un provocation démesurée, puisque ce petit démon était fautif. Entrouvrant légèrement ses yeux, dévoilant ses sombres pupilles, il fixa sans ciller l'Arrancar.

« Peu m'importe tes motifs et tes ambitions petit Arrancar. Il est cependant navrant de constater que nous pourrions œuvrer ensemble face à un ennemi commun mais que par un acte aussi ridicule que dangereux, tu te prive peut-être du plus puissant support qui soit pour arriver à tes fins. Apprends donc ceci, on ne touche pas au Seireitei impunément, tu es responsable de la mort de Shinigamis et pour ça je dois te punir. Si tu avais eu le bon sens de te tenir à l'écart, je t'aurai probablement laissé continuer ton chemin...Mais tu m'obliges par tes actes inconsidérés à réagir, je ne peux accepter de tel agissement. »

D'un geste, abandonnant l'appui salutaire de sa massive canne en bois, il leva les bras d'un geste fluide, puis d'une pression spirituel aussi courte qu'intense, laissa sa longue veste s'envoler. Dévoilant le noir kimono traditionnel des Shinigamis. La canne était restée debout, semblant vibrer d'une énergie contenue et effrayant, qui émettait des ondes de puissances brûlantes. Sa barbe se souleva sous l'effet d'une légère brise qui sembla d'un seul coup effacé le décor qui les entourait et réduire l'univers à sa plus simple expression, deux combattants face à face, les humains vagabondant, ignorant autour d'eux n'existait plus, pas plus que les immeubles et les bâtiment, pendant un cours instant, il ne resta plus qu'eux. Puis d'un coup l'écrasante puissance du Reiatsu du Sô Taishô se fît sentir. Non pas dans sa pleine mesure, lui aussi était soumis à la limite imposer à tous capitaine passant dans le monde réel, sans quoi les humains présent s'évanouirait probablement un par un sous la pression d'une énergie aussi dense et intense. Lui qui était capable d'une simple pression de mettre un lieutenant à genoux.

Finalement il leva la main gauche et sa canne se souleva lentement, jusqu'à se mettre à l'horizontale face à son maître, se nichant contre sa paume. Peu à peu, comme un corps spirituel se décomposant, la canne laissa place à un sabre, dont le premier élément à apparaître fût sa garde, sombre, usée par des siècles de pratique. Puis le fourreau lui-même, mauve, abritant la lame la plus dangereuse des trois monde. La Zanpakutôh était longue, plus d'un mètre demi, qu'il maniait pourtant à une main. Une fois complètement dévoilé, sa main gauche toujours tendue se ferma posément sur le fourreau et sa main empoigna la garde et tira lentement la lame hors de son berceau de bois laqué. Ses reflets orangé éblouir un instant les deux protagoniste et pendant un moment il sembla que le grondement d'un immense feu de forêt retenti dans la rue. La katanna lui-même semblait vibrer d'une force démesurée et crier sa soif de sang et de combat. Désormais prêt à entamer les hostilités, ses yeux toujours plongés dans le regard de celui qui lui faisait face, s'étrécir et sondèrent une dernière fois l'Arrancar, le transperçant de part en part, semblant le passé au rayon X et lire en lui des vérités cachées. Avec un grognement dédaigneux qui n'aurait pas dénoté chez un vieil ourse, il prît la peine de parler une dernière fois.

« Ryujin Jaka...Ses flammes dévorent tous ce qu'elles touchent, jusqu'au tréfonds même de ton être. En un instant tu retournes à la terre, cendre et poussière. Heureusement pour toi, je ne peux l'utiliser à pleine puissance, je n'userai même pas de ses flammes, je risquerais de détruire la ville et ses habitants. Mais ne te fourvoie pas, tu as milles ans de retard si tu crois ne fusse qu'un instant pouvoir rivaliser avec moi au sabre. Même sans Zanpakutôh et sans Shikai je pourrais t'écraser en un instant. Tu l'as dis toi-même tu n'es rien pour moi...Acceptes ta punition et peut-être, épargnerais-je ta vie, eu égard au but que tu poursuis et à la haine commune que nous avons du traître Aizen. »

Le silence retomba, sans que le capitaines commandant esquisse le moindre geste, attendant une réaction, une réponse ou si il était à ce point téméraire un assaut de son adversaire. Il était serein, au fond bien peu de chose était capable de vraiment l'inquiété dans ce genre de situation, même si sous-estimé son adversaire serait une grave erreur, qu'il n'aurait pas la bêtise de commettre, l'expérience n'était pas qu'un trophée posé sur une étagère, elle lui avait entre autre enseigné cela. Il tenait Ryujin Jaka la pointe vers le sol, ne semblait pas prendre e garde particulière, pourtant sous sa peau, tous ses muscles était tendu à l'extrême, ses appuis étaient des plus solides et en vérité un observateur suffisamment expérimenté et attentif aurait décelé sans encombre une garde parfaite, une falaise pratiquement infranchissable et la plupart des créatures sensée aurait ressenti via un instinct des plus animal le danger guetter. Ce même instinct qui permet au animaux de se situer dans la hiérarchie de la grande chaîne alimentaire, comme proie ou prédateur. La pression spirituel imposé par le Sô Taisho était minime, mais latente et constante, si bien qu'à l'usure elle fatiguait l'esprit et émoussait les corps, s'était comme courir avec un sac remplis de pierre. Une épreuve de volonté, de tous les instants.


Dernière édition par Yamamoto-Genryūsai le Sam 13 Mar - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oswald E Beleren

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Sam 13 Mar - 15:17

Ainsi donc, le Ichi Ban Tai Taisho venait de dégainer son sabre idéalement dissimuler dans cette canne qu'il transportait. La pression qu'il dégageait était à peine croyable et laissait un étrange sentiment à Oswald mêler à une envie viscérale de dévorer ce véritable buffet à volonté. Mais voila, aujourd'hui la raison l'emportait sur l'envie et c'est tout naturellement qu'Oswald s'avança devant le capitaine et s'arracha de lui même un bras avant de le lancer aux pieds du capitaine. Pour l'une des premières fois de sa vie le sourire d'Oswald était sur le point de lâcher devant autant de pression et de douleur mais il réussissait cependant à conserver son calme malgré cette mutilation et la situation dans laquelle il se trouvait désormais alors que les deux globes oculaires du capitaine, ayant tombé le haut de son uniforme, l'observaient semblant le transpercer du regard alors que l'arrancar se penchait humblement devant lui.

"Est-ce suffisant pour vous ? Vos shinigamis ont été les premiers à attaquer et je n'ai fait que me défendre mais j'avoue que j'aurais pu juste les remettre à leur place. Œil pour œil, dent pour dent. J'espère que nous pourrons repartir sur des bases saines désormais."


Ce n'était vraiment pas dans l'habitude d'Oswald de réagir comme cela mais la nécessité l'y poussait, dire qu'il avait passer sa vie à prendre les gens de haut ou les dévorer ça à du lui faire un choc de devoir se soumettre comme il le faisait désormais devant le capitaine. Les ennuis n'étaient pas terminés pour autant, Yamamoto était toujours en position brandissant son sabre de manière quasi parfaite ne laissant clairement aucune chance à un assaut classique, sa pression embrumant littéralement les esprits. La tension n'avait pas diminuer le moins du monde. Il se relevât brutalement, agrippant fermement le moignon lui faisant désormais office de bras.

"Je ne désire qu'une chose, anéantir ce traitre, cet esclavagiste d'Aizen qui pense être au-dessus de tout. Je ne serais satisfait que quand il ne restera plus rien de lui pas même une cellule et j'ai tout mon temps pour cela à l'inverse de vous. J'aimerais éviter une collaboration si possible, voulant m'en occuper moi même, mais je suis près à faire des concessions s'il le faut."


Et il était presque sérieux le bougre, mais ce n'est pas pour rien qu'il a précisé qu'il ne le ferait qu'en cas d'extrême nécessité. Il préférait encore risquer le coup et fuir plutôt que de devenir l'instrument d'un autre shinigami, il n'avait pas fuis un tortionnaire pour un autre plus vieux. C'est donc prêt au pire qu'il commença à activer sa résurrection en silence: passant sa main sous sa chemise feignant de ressentir une douleur intense au niveau de la poitrine il sortit sa clef de sa manche et enclencha le processus de réveil de ses pouvoirs en déverrouillant le verrou de sa poitrine avant de murmurer sa formule de libération.

"Dispersate y engullelos en desesperación, ilusion"


La veste d'Oswald vola alors en éclats projetant une infame brume noire qui l'enveloppa complètement et une série de vastes pics de sang, tels des lances, furent projetés depuis le membre arraché gisant sur le sol. Le capitaine n'eut aucun mal à les éviter mais il était déjà trop tard pour stopper ce qui venait de s'enclencher. L'aura déjà chaotique d'Oswald était méconnaissable et une série de 6 paires de bras recouverts du même mucus noir corrosif, qui venait d'entamer les vêtements du shinigami, envahirent son torse produisant une épaisse brume au niveau de l'emplacement de son trou. A l'inverse de son habitude, il ne se mit pas à rire et lança un simple regard au capitaine.

"Vous disiez que j'étais né 1000 ans trop tôt pour espérer vous battre ? Effectivement, enfin je n'irais pas jusque là mais j'avoue mon infériorité, mais dans ce cas je peux dire que vous êtes né 1000 ans trop tôt pour espérer me coincer maintenant que je suis dans cet état, à bientôt cher capitaine en espérant ne pas avoir à combattre dans un avenir proche."

Il prit alors son envol transporté par une paire d'aile lâchant nombre de plumes à son envol, le vieux Yama ne se fit pas prier et se préparait à le poursuivre, jusqu'à ce qu'il remarque que les plumes se liquéfiaient au contact des bâtiments et avaient entamer leur structure. Effet de surprise garanti mais rien d'assez puissant ou dangereux pour espérer blesser ou tuer un être de son niveau, juste assez pour le retenir un peu. Cela laissa le temps à Oswald de se camoufler dans un nuage formé par ses soins avant de projeter plusieurs de ses membres nouvellement formés en leurre et de partir lui même vers d'autres cieux. Du point de vue de son interlocuteur on ne voyait que 6 masses de tailles similaires s'envoler dans des directions différentes, rien de plus rien de moins. Impossible cependant de dire laquelle contenait Oswald, tellement sa pression était difficile à identifier et changeante. Comme quoi ne pas avoir de signature spirituelle fixe ça aide dans des situations comme celles-ci, Oswald imaginait d'ici la tête du capitaine alors qu'il continuait son chemin loin de toute cette tension et tout ce danger, du moins il l'espérait alors qu'il relâchait sa resurrection. Son estomac criait famine mais il allait devoir être patient, très patient même. Il lui manquait toujours un bras et il souffrait terriblement mais mieux valait faire profil bas jusqu'à ce que les choses se calment et que son poursuivant abandonne. En tout cas une chose était certaine, la prochaine patrouille qu'il croiserait il l'épargnerait.....s'il réussissait à se souvenir de l'entrevue avec Yamamoto !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   Mer 7 Avr - 14:05

Les yeux du capitaine commandant Yamamoto se fermèrent un instant, le temps d'un battement de cœur, le temps que les images repassent, son adversaire avait réagi très vite et de façon très intelligente. Jamais il ne se serrait contenté d'un seul bras, ni d'un quelconque membre de son corps, ce qu'il lui avait réservé était bien pire. Il ne s'agissait en rien de l'amputer ou de le torturer, mais bien de l'écraser comme un moucheron en ne le laissant qu'avec un souffle de vie, brisé sur le pavé. Une humiliation prenant la forme de la plus implacable des sanctions. Mais il avait réussi à s'y soustraire, pour l'heure du moins, en surprenant le vieil homme, qui, si il était nécessaire de le lui prouver à nouveau, n'étant pas un Dieu et ne connaissant pas son adversaire, n'avait pu deviner quel forme revêtirait son attaque. Plutôt barbare qui plus est... Il aurait pu, oui, il aurait pu, se lancer à la poursuite de ce jeune effronté, il l'aurait probablement rattrapé et la ne lui aurait laissé aucune chance, une fois dans les aire, le feu de Ryujin Jaka l'aurait réduit en cendre en un battement de cil, lui et la substance étrange qui lui tenait lieu d'arme. Mais il n'en avait ni l'envie, ni le temps, ce n'était après tous, qu'un simple Arrancar pas bien dangereux et un peu trop agité. Il espérait simplement que le démon qui venait de s'enfuir avant même qu'il n'ait eu à fendre l'air de sa lame, était conscient que s'il l'avait voulu, il aurait pu le rattraper et e détruire en l'espace de quelques seconde.

« Yare, Yare, ne t'imagines pas que tu m'échappes...Ce serait une grave erreur. »

D'un coup d'oeil il balaya le zone de cette brève mais intense rencontre entre les deux être spirituel, il avait évité l'attaque sans mal en dressant devant lui un bouclier spirituel à l'aide Bakudo no hachi jû ichi Danku (81ème techniques d'immobilisation, le mur du rejet). La technique avait facilement bloquée l'attaque du Hollow, aussi corrosive et dévastatrice soit elle elle n'avait pas en terme de puissance l'équivalent d'un Hado de niveau quatre vingt-neuf. Depuis que l'univers des Shinigamis était le sien, il n'avait jamais négligés aucun. C'était à ce prix qu'il était devenu si puissant, savoir user de toute les armes misent à disposition fais non seulement la force, mais aussi bien souvent la supériorité du Shinigamis. Dès lors qu'il s'inscrit dans la polyvalence et qu'il développe chaque aspect, portant sa capacité d'adaptation en situation de combat à un niveau tel que rien ne lui devient impossible, il accède alors véritablement à la puissance, bien qu'il faille des millier d'année pour cela et bien d'autre encore pour avancer sur cette voix, qui requiert un esprit fort et une volonté inébranlable. Ça et un talent certain, sans quoi, il faut plus de temps encore et probablement pas assez d'une vie.

En quelques geste et en l'espace d'un instant il avait ensuite créé des Kekai, solide et puissant mais d'une taille très réduite autour de chaque partie de bâtiment, chaque élément du décor touché et attaqué par le substance noirâtre qu'avait projeté à tous va son adversaire. Il ne pouvait permettre que l'on endommage le monde des hommes, les êtres humains ne pouvait souffrir en aucun cas de leur querelle et de la déficience des Shinigamis, c'est pour cela qu'il avait isolé chaque partie contaminée dans un Kekai des plus basique, mais grâce à son énergie concentrée, extrêmement puissant afin de stopper immédiatement la progression du liquide corrosif. Ça ne lui avait pas pris même une minute, tant sa maîtrise du kido et de l'énergie spirituel était importante, mais ce laps de temps fût suffisant pour l'ennemi, qui était déjà loin et mettait en place, par quelques sages mesures de précaution différent leurre, afin d'Être certain que le Sô Taichô ne le rattraperai pas. Il n'en avait nullement l'intention mais ce pauvre Arrancar ne pouvait évidemment pas le savoir. Il fallait reconnaître que sa prévoyance et son ingéniosité en faisait un sujet intéressant et un adversaire respectable dont il fallait se méfier, car toute arme, même la plus infime utilisé avec intelligence était un danger. Le fait qu'il puisse ne fut-ce que l'inciter à abandonner toute tentation de poursuite et ce même par manque de temps ou de motivation, était la preuve de sa ruse et de capacité de réflexion particulièrement développées pour un Hollow et plus encore en situation de danger.

« Soit, je renonce à te corriger, je n'ai pas de temps à perdre et par respect pour l'intelligence dont tu fais preuve en reconnaissant ta faiblesse face à moi, je ne peux que te laisser partir avec comme simple avertissement, le souvenir de notre rencontre. Souviens-t-en, je ne me répète jamais. »

Tournant le dos aux hommes, à leur monde et à cette rencontre, il récupéra son manteau et et sans prévenir, s'engouffra dans le portail qui venait de s'ouvrir devant, Ryujin-Jaka à nouveau scellé dans sa canne. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait plus remis les pieds ici bas et maintenant il se souvenait pourquoi...Il n'y avait plus rien d'intéressant pour lui ici.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 1: ennui [Ouvert à ceux désirant venir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chef faustoausto :: RP DES EX MEMBRES :: MONDE DES VIVANTS :: KARAKURA TOWN-