AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entrainement avec Yamamoto [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Kioyi Saeru

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Mer 17 Fév - 18:59

Kioyi se leva tôt ce matin là. En effet, la veille il avait décidé de se remettre sérieusement à l'entrainement. Sa nomination de capitaine l'avait quelque peu ramoli; en quelque sort le jeune Shinigami se reposait sur ses lauriers. Kioyi savait très bien qu'il était loin d'être le meilleur des capitaines, il devait d'ailleurs entrer dans la dernière catégorie des capitaines au-dessus des lieutenants de par un peu de puissance en plus. La veille Kioyi avait mis à jour ses techniques de Hohou. Il s'était aperçu après avoir observé le capitaine Byakuya qu'une technique des plus utiles et puissantes lui manquait: le Senka! Il fallait que Kioyi ajoute cette technique à son arsenal. De cette manière, il verrait sa puissance augmenter et il pourrait vaincre plus aisément ses ennemis même si son Shunpô était à lui tout seul fort rapide. C'est alors que le capitaine Yamamoto intervint dans les pensées de Kioyi alors que ce dernier était tout juste en train de se lever de son lit. Un vieil homme, paraissant faible...Et pourtant, le San Ban Taisho savait très bien que c'était tout le contraire et il avait un énorme respect pour lui car il se doutait que le parcours pour le Capitaine de la première division n'avait pas dû être des plus simples ou encore des plus agréables...Enfin, il était sûr que Yamamoto maitrisait le Senka et bien plus encore; et c'est à ce moment que Kioyi réalisa combien de travail il lui fallait encore accomplir pour être un capitaine digne de ce nom. Un Bankai ne suffisait pas, il le savait très bien. Il avait été nommé capitaine car il savait aussi se servir de sa tête, bien que selon lui, la chose la plus dure qu'il eut à faire était de réussir à maitriser à souhait son Bankai et d'être en parfaite harmonie avec son Zanpakutô, Moguru. Enfin bref...Bien que Kioyi allait s'entrainer, cette journée restait des plus ordinaires d'autant que le temps ne semblait pas désagréable.

Le San Ban Taisho sortit de sa chambre avec son équipement qu'il posa de côté afin de faire une rapide toilette. Ce matin là, il était extrêmement bien réveillé et l'eau fraiche l'y aida grandement! Sortant de sa "salle de bain", après y avoir passé quelques minutes, Kioyi enfila donc sa tenue de Shinigami, et sa ceinture. Il s'apprêtait à partir quand ses oublies lui frappèrent soudain l'esprit. Imbécile! Il avait oublié non seulement son Zanpakutô, le plus important pour son entrainement mais aussi sa cape de capitaine. Le Shinigami tourna les talons puis partit en direction de son bureau, là ou il laissait toujours son fidèle compagnon puis il repartit ensuite dans sa chambre afin d'y prendre sa cape de capitaine. Après avoir cherché quelques minutes et s'être fait peur car il pensait l'avoir perdu, il la retrouva pliée et rangée soigneusement dans son armoire. Pourquoi l'avait-il mise là? D'habitude il la pliait et la mettait sur sa chaise. Enfin le plus important était là, il l'avait trouvé! Il l'enfila avec grâce puis sortit de ses quartiers. Kioyi traversa tous les quartiers de la Troisième Division, y croisa quelques soldat qui le saluèrent avec respect, et le Capitaine leur rendit leur salut avec tout autant de respect et un large sourire. Il arriva ensuite dehors. L'air était délicieux! Un grand bol d'air frais! Il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid, de plus Kioyi nota la présence d'une légère brise d'été qui lui caressait son visage et faisait flotter son Kimono. Voilà longtemps que Kioyi n'avait pas gouté à une telle saveur! Souriant et motivé pour son entrainement, bien décidé à apprendre le Senka et à le maitriser aussi bien que le célèbre capitaine de la sixième division ou encore que celui de la première. Quel niveau le commandant devait avoir! Kioyi avait juste ouïe les exploits de Yamamoto, toutefois il ne l'avait jamais vu en action. Cela devait être un spectacle plus qu'impressionnant! Enfin, Kioyi avait encore le temps d'arriver à ce niveau. Le guerrier spirituel arriva donc à destination, au grand terrain d'entrainement. Là, il retira sa cape de capitaine et la posa soigneusement sur un banc écarté du cercle d'entrainement. A présent il était grand temps de commencer.

Tout d'abord, Kioyi décida de s'échauffer en quelques Shunpô et en augmenta la vitesse peu à peu. Au bout de deux ou trois minutes il arriva à sa vitesse maximum. Bien! A présent, il combina son Shunpô avec quelques rapides et violents coup de Zanpakutô dans le vide. Bien, tout passait avec facilité! Cela faisait plaisir à Kioyi et le Shinigami décida d'aller chercher dans la petite réserve quelques mannequins d'entrainement. Il le posa tout d'abord immobile et enchaina une série de Shunpô pour l'atteindre et par la suite le frapper. Après plusieurs séries le Capitaine décida donc de tourner autour de du mannequin puis de continuer le même exercice. Il le fit longtemps pour continuer de maintenir ses muscles à un rythme élevé. Il s'assura pendant un certain que ses coups étaient toujours bien placés et maintes fois il s'entraina à viser la tête. Cependant, il n'était pas non plus "surhumain" (surshinigamien^^) et il décida de prendre une pose. Il retira la partie supérieur de son Kimono et haleta avant d'aller s'asseoir sur le banc à côté de sa cape de San Ban Taisho. A présent Kioyi devait réfléchir à comment se placer derrière l'adversaire à la vitesse d'un Shunpô afin de frapper et mettre un terme rapidement au combat. D'autant plus que combiné à son Shikai ou même Bankai cette attaque pouvait être mortelle, enfin elle l'était déjà à la base...Soudain, il sentit une forte puissance spirituelle s'approcher...Où était-elle déjà là avant? Kioyi ne l'avait pas senti à cause de son entraiment. Au loin, Kioyi aperçut une silhouette. Forçant ses yeux à voir avec plus de précision et plus loin le Shinigami parvint à voir un vieil homme marchant avec une canne qui n'était autre que son Zanpakutô. Incroyable...Le Shinigami capitaine-commandant en personne! Et il semblait venir en sa direction. Kioyi se mit alors debout. Il était en sueur totale...Tant pis, au moins Yamamoto verrait que le nouveau capitaine de la troisième division ne chomait pas. Pourquoi se déplaçait-il en personne? Avait-il senti que le San Ban Taisho s'entrainait?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Jeu 18 Fév - 16:33

Les yeux du Sô Taisho balayèrent l'aire d'entraînement, peu de monde, pas assez à son goût en tous cas. Les Shinigamis d'aujourd'hui ne s'entraînait plus assez selon lui, alors même que leur potentiel restait dans l'ensemble d'une accablante faiblesse, si peu travaillait à le développer vraiment. Être faible est un état, pas une fatalité, à celui qui travail et comprend, grimpe sans jamais se retourner vers les sommets de sa destinée, rien n'est impossible. Le plus ridicule des guerriers, par la force du travail et la persévérance, peut devenir le plus grand des hommes. Trop peu aujourd'hui comprenait encore cette vérité, si simple pourtant et base de toute chose. Mais étais-ce vraiment l'époque qui avait amenée ce changement de comportement ou étais-ce lui qui avait vieilli et qui regardait désormais le monde s'étaler à ses pieds dans la position de celui qui le surplombe et non plus de celui est observé. La question méritait qu'on s'y attarde, peut-être le fait qu'il y ait si peu de capitaine et de shinigamis capable de le devenir un jour,et ce en tous temps, illustrait simplement le faite que tous le monde ne pouvait arpenter aussi loin que ces quelques exception la voie du sabre et du guerrier. Et cet état de faite était une vérité hier comme aujourd'hui, à la différence qu'en observant les choses, il avait fini par le constater et le comprendre alors même qu'il ne pouvait autrefois le percevoir.

D'un soupir il écarta la chape de pensée qui menaçait de le submerger pour se concentrer sur les différents protagonistes présent, s'entraînant sans relâche sous un soleil hargneux. C'est l'un d'eux en particulier qu'il cherchait de son intense regard, un jeune capitaine, promu il y a peu et dont il avait remarqué le relâchement peu de temps après sa nomination. S'il s'était repris, il tenait à constater que les efforts qu'il fournissait ne se limitait à la pauvre et petite ambition de se « maintenir en forme ». Un capitaine digne de ce nom devait toujours avoir l'ambition de vouloir allez de l'avant, de progresser, d'allez plus loin, toujours plus loin, car aucun savoir n'est jamais totalement acquis, aucune maîtrise n'est absolue, pas plus pour lui que pour un autre. Et chaque officier devait en être conscient et travailler chaque jours en conséquence, afin de toujours repousser plus loin ses limites et son potentiel. Les capitaines plus que quiconque devait être l'image même de cette constante recherche de l'absolu, recherche vaine en soit mais qui permet de garder constamment à l'esprit l'idée qu'on est jamais vraiment arrivé.

Aucun des acteurs présent ne l'avait encore repéré, ils n'étaient pas sous le coup d'un sortilège d'illusion, ni même trop concentré, mais Yamamoto n'avait tous simplement pas encore décidé de dévoiler sa présence. L'une des plus grande faculté que l'âge confère, c'est la compréhension de l'être et de sa perception, ainsi lu et d'autre avant on comprit un jour, qu'il n'´tait nul besoin de se cacher pour ne pas être vu, que toute chose faisait partie d'un élément plus grand et plus vaste et qu'en si fondant, on pouvait y disparaître au yeux de ceux qui ne sont pas attentif. Ainsi, il n'était vu que s'il le désirait pour la plupart des shinigamis et observait parfois en silence le monde qu'il avait contribué à bâtir le parcourant d'un pas si léger qu'il paraîtrait irréel, sans que personne n'en aie conscience. C'est ce qui se passait à l'instant, ses yeux restait accroché à l'image du jeune capitaine qu'il observait si souvent ces dernier à son insu, scrutant chacun de ses mouvement, analysant chacun de ses coups, chacun de ses exercices et évaluant systématiquement leur efficacités. Chaque capitaine avait dû en passer par là et c'est en vérité de cette manière qu'il arrivait à connaître parfaitement le potentiel de chacun de ses officiers supérieur.

Il avait bel et bien repris l'entraînement avec la volontés inébranlable d'avancer, maintenant il en était certain et cette certitude, confirmait qu'il ne s'était pas trompé et que son instinct lorsqu'il avait accepté sa candidature lui avait une nouvelle fois montrée les bonne pièce à placer sur l'échiquier. Son talent était certain, la vitesse de ses Shuunpo qu'il déployait sous yeux à profusion atteignait un niveau plus qu'honorable et la force et la précision de chaque coup de sabre était au dessus du niveau minimal requis pour un capitaine. Son corps était bien équilibré, tonique et souple, des qualités essentiel pour progresser dans tous les arts Shinigamis. Cependant, ses trajectoires, le choix de ses mouvements, la fluidité de ses gestes, l'emplacement ou il portait ses coups, tant de choses restait encore à travailler pour lui. Et la route était encore si longue avant même qu'il ne puisse même imaginer atteindre le plus haut niveau qui soit. Une pièce essentiel manquait à son jeux et à présent, Yamamoto doutait qu'il soit de ceux qui la découvre et la comprenne seul. Il semblait chercher quelques chose, tous en lui l'exprimait, ou du moins s'y préparer, mais la voie qu'il empruntait n'était pas la bonne. Il lui fallait 'abord revenir au fondement des choses, au base de son apprentissage, élément clé lorsque l'on voulait progressé, avant d'être près à sauter une étape. Un combat était un seul geste, qu'il dure mille ou le temps d'un battement de coeur, il constituait une seul et même danse, dans laquelle le savoir faire d'un artiste définissait la direction et influait sur le déroulement. Mais il n'était qu'un seul et unique geste...

Et cette vérité échappait au San Ban Tai Taisho, qui trop jeune encore pour la comprendre de lui-même, lui semblait être un jeune chien fou au mâchoire puissante qui tentait d'enserrer dans ses crocs un simple papillon. Chaque mouvement n'en appelait pas un autre, le temps de réflexion et de décision était encore trop long, ses mouvements en devenaient trop saccadés parce qu'ils les percevaient non pas comme un tous, mais comme un élément chaque fois distinct et isolé, des éléments qu'il tentait d'unir et de joindre comme un puzzle en les mettant bout à bout, alors même que le puzzle devait déjà être terminé au moment où il entamait son premier pas. Le Sô Taisho en aurait bien sourit, s'il n'avait pas pris tant au sérieux la formation de ses capitaines. Peut-être oubliait il que lui aussi c'était retrouvé il y a bien longtemps à cette même place, jouant du sabre comme un enfant aveugle sous les yeux de son maître, dont il ne pouvait percevoir la présence, ignorant que ses yeux, miroir d'une sagesse à laquelle ile ne pouvait alors que rêver, l'observait, le scrutait, le transperçait et lisaient en lui sans plus de difficulté qu'il n'en avait pour respirer.

Sans doute ces souvenirs n'effleuraient même pas sa conscience toute accaparée par les temps difficile que le monde connu traversait. Des temps où, les capitaines ne pouvait se permettre d'attendre que l'âge leur apporte ce qui leur faisait défauts et où leur progression devait être fulgurante, car sur les champs de batailles, le destin avait placé des ennemis plus terrible que jamais et qui n'attendrait certainement pas que la vie révèle a ses jeunes pousse les secret qui lui manquait pour s'élever plus haut encore. Il fallait donc leur donner les clés plus tôt, sans attendre et les pousser vers l'avant, afin de préserver leur vie, mais aussi afin qu'il soit en mesure de préserver celle des autres, rôle premier et ultime des capitaines. Et cette perspective, révélatrice de sombres présages, qui s'amoncelait comme les noir nuages d'un orage d'été à l'horizon, n'enchantait pas le capitaine commandant. Qui connaissait lui-même trop bien la valeur de la découverte toute personnel, arrivé à un certain stade de la vie, que pour la négligée et la piétinée avec mépris. Mais puisqu'il n'avait pas le choix...

Avec calme et tranquillité, son corps se mis en mouvements, alors même que le jeune Saeru s'asseyait et ôtait le haut de son kimono, tout en sueur qu'il l'était. Il avançait sereinement droit vers lui et chaque pulsation de son cœur faisait battre dans l'air, dès l'or qu'il ne le dissimulait plus, la terrible menace de son immense reiatsu contenu et justement maîtrisé. Il semblait si léger, à certain moment même fragile, que l'on aurait dis que la moindre petite brise aurait pu le balayer. Encore une fois seul un guerrier d'expérience aurait pu voir dans cette démarche paisible, dans cette attitude si sereine et tranquille et dans cette apparente fragilité, les indices révélant que cette homme, loin d'être un vieillard faméliques, était un guerrier accompli, presque absolu que bien peu pouvait se vanter d'avoir défier. Arrivée à la hauteur du jeune capitaine qui venait de se lever, il ouvrit légèrement les yeux, qui comme toujours semblait presque complètement fermé et plongea son regard sombre dans le sien, lisant en lui comme dans un livre ouvert. Plus grand que lui de prime à bord, bien droit qu'il était face à un vieil homme au dos courbé que le Sô Taisho était, il semblait pourtant se tenir debout face à un montagne, l'aura qui émanait du commandant écrasait littéralement tous ce qui se trouvait à proximité. Bien qu'un capitaine tel que Saeru ne semble pas dénoter dans le paysage.

« Prends ton sabre San Ban Tai Taisho. Aujourd'hui je vais t'apprendre à le tenir droit. »

Sans un mot de plus, se retournant et par la même l'invitant à le suivre, il se positionna bien au milieu du terrain et indiqua un emplacement à quelques mètre de lui à son officier. Avec une lenteur calculé, il décrivît une courbe vers la droite avec sa canne, la tenant d'une main, puis la fît tournoyer lentement au dessus de lui, effleura du bout de son bois usé le sol poussiéreux et entame une série de mouvement d'assouplissement basique, mais si bien exécuté et si parfaitement enchaîné qu'il semblait être les quelques pas d'une danse. Ses pieds bougeaient et modifiaient ses appuis avec lenteur suivant le rythme d'une métronome invisible, mais étant si délicatement agencé qu'on avait tendance à ne même pas l'apercevoir. Pas une goutte de sueur ne perlait sur son front et pourtant ces simple exercice tirait et tendait ses muscles plus efficacement que n'importe quel autre échauffement. Une fois fini il pivota calmement vers Saeru et le regarda droit dans les yeux sans ciller.

« Plus qu'un échauffement, c'est l'essence même du Zanjutsu, avant toute chose tu dois le comprendre et le maîtriser. Tu connais ces mouvements, on te les a appris, mais tu n'as pas su percevoir leur fonction élémentaire. Chaque tu te dois de les pratiquer, tout ceci n'est qu'un seul mouvement, un seul et unique instant, tu dois le percevoir si tu veux progresser. Aucune technique ne pourra être correctement exécuté si tu ne saisis pas cela. Tes exercices n'était pas mauvais, mais celui-ci est primordial, tous capitaine qui se respecte s'y adonne sans réserve. C'est la base d'une maîtrise accrue. Concentre toi, calque tes mouvements sur les miens et exécutes toi, tu ne dois pas me suivre, tu dois être dans le temps, prendre possession du temps, le dérober, être dans le mouvement. Après peut-être, si tu y arrives et si tu es dans un état de conscience adéquat, tu pourras envisager d'apprendre. Bien que tu apprennes déjà et je pourrai envisager de t'enseigner et te montrer. »

Le Sô Taisho parlait rarement autant et chaque mot était une source de savoir en soit, chaque phrase étaient précieuse et Saeru se devait de le comprendre. Il espérait qu'il comprendrait que l'heure n'était pas encore au question ou au demande. Il espérait qu'il comprenait que c'était un honneur et que son enseignement ne souffrait aucune protestation. Sans même accorder la moindre importance à sa réaction, Yamamoto se remit en position et repris son lent balais, à chaque tour il accélèrerait un peu, puis ralentirait peut-être, jusqu'à ce que le jeune capitaine comprenne et arrive à non pas copier, mais réaliser les même geste, parfaitement synchronisé sur lui. Alors il aurait atteint un état de concentration particulier et adapté, alors son esprit serait ouvert à un enseignement et il pourrait apprendre, mais tant que ce ne serait pas le cas, il continuerait. S'imprégnant de la gestuelle il se coupa du monde et de la réalité, le réduisant à la propre perception de son corps et à celle, plus lointaine de son partenaire. Au travers de la gestuelle il ne ferait presque plus qu'un, un seul mouvement, une seule danse, un seul geste, une seule ligne.

Observe et apprends, jeune Shinigamis...


HRP: Je dois encore relire j'en ai conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kioyi Saeru

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Jeu 18 Fév - 18:42

Oui, Kioyi n'avait pas rêvé le moins du monde. C'était bien le majestueux Yamamoto qui s'avançait vers lui d'une démarche calme et silencieuse. Le San Ban Taisho pouvait sentir l'immense Reiatsu du commandant...Impossible! Kioyi n'avait jamais rien ressenti d'aussi fort dans sa vie, même lorsque dans son passé il avait failli mourrir face à un Espada, le numéro neuf, si ses souvenirs étaient exacts. Il était clair et net que l'Arrancar qu'il avait affronté, n'était qu'un simplet à côté du si puissant Yamamoto. Bien qu'ayant le dos courbé et l'allure d'un parfait papi, les cicatrices sur le crâne dégarni du Sô Taisho laissait enterevoir une idée du travail enduré dans sa jeunesse. Soudain, Kioyi remarqua qu'il n'avait pas salué le nouvel arrivant tant il était déboussolé par un tel charisme. Le jeune Shinigami s'agenouilla devant le vétéran et baissa la tête. Il se releva donc, après sa salutation et Yamamoto ouvrit ses yeux que Kioyi croyait toujorus fermés et surtout, impossible à ouvrir...Une fois de plus, son ignorance l'avait trompé. Le regard profond du capitaine plongea dans celui de Kioyi qui resta paralysé! Quelle puissance phénoménale! Comment pouvait-on seulement espérer défier un tel homme? Ainsi derrière cette démarche calme, sereine avec le dos courbait se cachait pour de bon, un guerrier inébranlable! C'est alors que l'ancêtre prit la parole:

<< Prends ton sabre San Ban Taisho. Aujourd'hui je vais t'apprendre à le tenir droit.>>

Quoi? Tenir droit son Zanpakutô...Impossible! Yamamoto devait plaisanter. L'espace d'un instant, Kioyi faillit afficher un sourire mais se retint car il remarqua le sérieux de son supérieur. Il se ravisa aussitôt...Que voulait dire le Commandant? Selon Kioyi, s'il était passé Taisho, ce n'était pas pour rien, c'était bien entendu qu'il maitrisait cette base élémentaire, d'autant plus qu'il était passé maitre dans l'art du Zanjutsu, et qu'à l'académie, il avait été reconnu pour cela comme l'un des meilleurs escrimeurs. Qu'allait donc lui chanter ce vieillard? Pendant un court laps de temps, Kioyi le prit pour un fou...Non, impossible, Yamamoto savait très bien ce qu'il disait et ce qu'il faisait...Par conséquent, Kioyi ne pouvait que boire ses paroles et apprendre d'un tel guerrier. Le Sô Taisho se dirigea alors au centre du cercle d'entrainement, indiquant à Kioyi à quelle distance il devait se trouver. Encore sous le choc que le commandant l'aiderait dans son entrainement banal, le San Ban Taisho prit un peu de temps à obéir à Yamamoto. Cependant, une fois sorti de sa rêverie, il s'éxecuta aussitôt. Yamamoto décrivit alors des mouvements d'une lenteur incroyable. Toutefois, ils étaient si ordonnés que l'on aurait pu croire une danse! Kioyi repéra alors chez les mouvements du commandant, des mouvements de bases de combat, que l'on apprenait à l'académie. Même si ça donnait cette impression, le San Ban Taisho savait très bien que Yamamoto était loin de le prendre pour un imbécile mais essayait de lui faire passer un message. Mais c'était dur à voir la seconde face de ce que faisait Yamamoto. La fougue de la jeunesse aveuglait Kioyi qui parvint toutefois à se calmer et à comprendre ce que faisait le commandant après quelques minutes. Quelle régularité! Incroyable, le jeune promu n'avait jamais vu pareille chose. Bien que ce mouvement fut l'un des plus basiques, Kioyi savait aussi que c'était l'un de ceux qui tirait le plus sur les muscles, et que c'était un des meilleurs échauffements. Et la raison pour laquelle le noble Shinigami n'avait pas fait pareil exercice avant de commenr son entrainement était bien simple: Il n'en avait tout simplement pas envie mais il dut en remarquer l'efficacité. Le Sô Taisho finit ses mouvements. Il semblait ne pas avoir bougé, restant toujours aussi calme et serein. Il n'haletait même pas, enfin Kioyi non plus mais pour l'âge avancé du commandant, il s'attendait à ce qu'une goutte de sueur vienne perler le front du vieillard. Une fois de plus, son raisonnement était faux. Comment pouvait-on être aussi...parfait? C'était le seul mot capable de qualifier ce que venait de faire Yamamoto selon le jeune Capitaine. C'est alors que Yamamoto réouvrit les yeux et fixa Kioyi d'un regard intense sans ciller. Kioyi fit de même, prêt à relever n'importe quel défi. Il se sentait plus fort que jamais au côté d'un tel guerrier!
Yamamoto reprit la parole...Impressionant car de ce qu'on lui avait dit du commandant, Kioyi savait que ce dernier ne parlait pas beaucoup, ce qui signifiait sans aucun doute que tout ce qu'allait avancer aujourd'hui l'ancêtre était d'une importance capitale et qu'il fallait absolument tout retenir. Le Sô Taisho prononça alors les savants mots suivants:


« Plus qu'un échauffement, c'est l'essence même du Zanjutsu, avant toute chose tu dois le comprendre et le maîtriser. Tu connais ces mouvements, on te les a appris, mais tu n'as pas su percevoir leur fonction élémentaire. Chaque fois tu te dois de les pratiquer, tout ceci n'est qu'un seul mouvement, un seul et unique instant, tu dois le percevoir si tu veux progresser. Aucune technique ne pourra être correctement exécuté si tu ne saisis pas cela. Tes exercices n'était pas mauvais, mais celui-ci est primordial, tous capitaine qui se respecte s'y adonne sans réserve. C'est la base d'une maîtrise accrue. Concentre toi, calque tes mouvements sur les miens et exécutes toi, tu ne dois pas me suivre, tu dois être dans le temps, prendre possession du temps, le dérober, être dans le mouvement. Après peut-être, si tu y arrives et si tu es dans un état de conscience adéquat, tu pourras envisager d'apprendre. Bien que tu apprennes déjà et je pourrai envisager de t'enseigner et te montrer. »

Voilà des mots bien compliqués, mais qui allaient cependant droit au but...Une fois de plus Kioyi allait ouvrir sa bouche, mais pour cette fois poser des questions mais il se ravisa une fois de plus. D'abord parce qu'il se doutait que la parole n'avait pas sa place dans cette entrainement mais que c'était l'esprit et ensuite car il n'osait pas. Ce vieux puissant guerrier lui imposait bien trop de respect pour qu'il prenne la parole. Tout ce que venait de prononcer le commandant était à retenir et c'était un savoir énorme. Ainsi, ce mouvement aussi simple et basique était l'essence même du Zanjutsu...Un échauffement à ne jamais négliger! D'autant plus que ce petit "enchainement" basique ne devait être perçu comme un seul mouvement. Qu'est-ce qu'il voulait dire? Kioyi ne comprenait cette fois vraiment pas...Durant cette phase, il n'avait jamais accompli un seul mouvement mais plusieurs. Et peut-être était-ce la l'erreur qu'avait fait le capitaine de la troisième division. De prendre ainsi tous les mouvements à part sans jamais parvenir à les associer. Oui, Kioyi comprenait là ou voulait en venir le capitaine. Kioyi observa le capitaine de la première divsion qui reprenait le même exercice. Yamamoto lui avait ordonné de caler ses mouvements sur les siens. Parfait! Au travail à présent! Si cela lui permettrait d'apprendre le Senka mais en plus de perfectionner son Zanjutsu ainsi que ses autres techinques, Kioyi n'hésita pas un instant de plus et se mit aussitôt en position!

Malheureusement pour lui, cet exercice se révéla plus diffcile que ce que pensait le Shinigami. A l'académie, il négligeait trop souvent cela et s'il le faisait, c'était de manière rapide et sans précision aucune afin de passer plus vite au combat. Mais cette fois-ci il ne demeurait plus à l'académie...Cette fois-ci il était en entrainement avec le Sô Taisho! Cette fois-ci, l'honneur qui lui était fait était énorme...Après s'être rappeler les mouvements en question, Kioyi entama tout comme son supérieur cette lente danse. Tout d'abord, son premier réflexe fut de copier les mouvements de Yamamoto. Il le fit pendant une bonne dizaine de minutes et Yamamoto n'ouvrit pas une seule fois la bouche continuant la danse. Ah! Kioyi avait oublier un élément important des paroles dictées par le commandant. << Tu ne dois pas me suivre>>. Il fallait que le guerrier agisse de lui même en son âme et conscience, calquant simplement ses mouvements sur ceux de son maitre. Par la suite, c'était lui-même qui devait trouver le rythme lui même dans le temps, suivant temps régulier invisible qui prendrait place dans sa tête. Car Yamamoto ne serait pas toujours là pour lui. Prendre possession du temps...Voilà une belle phrase, cependant compliqué à accomplir. Kioyi n'était pas encore totalement régulier. Il n'était pas assez fluide, il le savait très bien. Il savait aussi qu'il devait absolument penser qu'il ne s'agissait pas ici d'un enchainement saccadé mais que c'était une phase, tout n'était qu'un. Un seul et unique mouvement...Lent tout d'abord, puis il devait augmenter la vitesse petit à petit. Quittant le capitaine des yeux après l'avoir observer tout en calquant ses mouvements sur lui, Kioyi vida son esprit et ferma les yeux. Il s'imagina un rythme invisible dans sa tête très lent, essayant de se calquer dessus. Ca y est, Kioyi commençait à sentir cette fluidité...Cet enchainement devait être maitrisé la base du Zanjutsu...Oui ca y est, son Reiatsu était calmé...Une fluidité totale dans le mouvement...Kioyi le continua quelques minutes pour le matriser entièrement puis décida d'en augmenter la vitesse sans ouvrir les yeux. A présent oui, il sentait que ce n'était qu'un seul mouvement, bien que l'enchainement en comptait plus. Maintenant, Kioyi n'aurait su dire combien cette enchainement comptait de coups, alors qu'avant, pour lui c'était un jeu d'enfant et que chaque coup devait être mis précisément à sa place avec brutalité, vitesse et force. Bien qu'il se sentait rapide en ce moment même, Kioyi n'avait plus du tout la même sensation à l'égard de son échauffement. Toutefois, n'étant pas comme Yamamoto il commença à transpirer mais ne haletait pas le moins du monde. Ses muscles tiraient mais il s'en moquait; malgré cette exercice plutôt douleureux puisqu'il était pratiquée sur une durée, Kioyi sentit une sensation de bonheur en lui. Aujourd'hui, il était sûr que cet entrainement allait porter ses fruits avec un tel mentor!

Observez-moi, Maitre Yamamoto!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Ven 19 Fév - 18:06

Pas une brise, pas un souffle pas le plus petit souffle de vent pour venir interrompre le balais sans fin des deux capitaines. Les muscles tiraient, s'assouplissait et chaque cellules de leur deux corps entrait en harmonie, pour converger vers un état d'osmose et de concentration totale. Toute phase d'entrainement ne pouvait que commencer par une telle gestuelle. Se remémorer et s'immerger dans la valeur du travail du corps et de l'esprit, ne faire qu'un avec sa lame et n'être qu'un seul souffle, qu'un mouvement, fluide, précis inéluctable. Conscient du vaste monde qui l'entourait sans pour autant lui prêter attention, réduisant ses perception à sa seul existence et à l'énergie bouillonnante qui clignotait tel un phare au bord de sa conscience, du jeune capitaine qui l'accompagnait. Le vieux commandant peu à peu s'immergea dans un état de conscience différent, ouvrant son esprit au savoir et à l'inconnu, volontairement tourné vers des voies qu'ils n'avaient pas encore arpenté. L'entraînement est une discipline en soit, s'ouvrir au savoir est une technique et non pas un simple état de conscience, du moins lorsque l'on arpente la voie du Zanjutsu, corps et esprit doivent être travaillé de pair. Ouvrir l'esprit, préparer le corps, ne faire qu'un, pour comprendre chaque geste et distinguer la ligne qui les guide. Une telle capacités lorsqu'elle est maîtrisée correctement (elle ne l'est jamais totalement, on peut toujours avancer plus avant encore), permet dès lors de comprendre et de suivre le file directeur d'un combat. Elle permet à terme de comprendre le temps qui régi chaque mouvement de l'adversaire, de se l'approprier et de s'y adapter pour y faire fasse et puis, de s'approprier son espace pour finalement le dominé. En fonction de l'adversaire, un combat n'est qu'un battement de cil, une pulsation de cœur, mais qu'il dure mille ans ou une seconde, il n'est qu'un geste, dont il faut percevoir la nature.

Ce petit exercice, aussi simplement soit il est la base qui permet de saisir et de travailler l'essence du combat au sabre. Et s'il est vrai que tous les guerriers ne le pratique pas assidument et systématiquement, il reste néanmoins l'exercice d'échauffement le plus efficace, s'adaptant à tous niveau. Élevé au rang d'art comme c'est le cas dans le chef du Sô Taisho, il ne devient plus seulement une échauffement mais bien une forme de méditation. Et c'est de ces quelques geste, de cette simple gestuel, que le capitaine commandant à su tiré calme, sereinité et compréhension. Le commandant considère dès lors depuis bien longtemps cette pratique comme l'une des clés de sa réussite et de sa progression. Les heures passées à effectuer cette danse envoutante, sabre à la main lui ont permis de découvrir ce que signifiait s'approprier l'espace, être en harmonie avec le monde qui vous entoure et ce qu'était le temps, dans un combat. Le temps est un facteur clé, chaque coup porté, chaque geste effectué, qui n'en forme qu'un seul se fait dans un temps déterminé qui varie en fonction de la personne. Percevoir le temps de l'adversaire et le comprendre c'est acquérir un avantage conséquent sur lui, c'est Être capable de comprendre dès lors la place que chacune des techniques de combat qu'on possède et maîtrise peut requérir. Anticipé devient une nature même, car on lit chaque mouvements et on finit par s'approprier le temps de l'adversaire à s'immerger dedans et à imposer le sien. On s'accapare l'espace et le rythme du combat, se garantissant bien souvent la victoire par la même. Les grands guerrier sont capable de renverser ce genre de situation ou simplement les plus expérimenté. Mais même parmi les capitaines, ce n'est bien souvent pas toujours un acquis. Jyuushiro et Kyoraku eux, ayant suivi son enseignement sont capable de percevoir chacun de ces facteurs et comme lui-même et Kioyi à l'instant chaque jours pratique la gestuelle, s'immergeant sa tranquillité et laissant leur esprit s'ouvrir. Certain guerrier comme Kenpachi par exemple était aussi capable de percevoir instinctivement ce genre de chose et d'en user naturellement.

Le Sô Taisho mit un point finale à l'exercice quand dans un mouvement ample, faisant tournoyer lentement sa canne, il la saisit de nouveau d'une main et en pose la bout sur le sol. S'appuyant dessus il pivota souplement pour faire face à son officier. Parfaitement échauffé, totalement concentré et réceptif, apaisé même et d'un calme Olympien son sombre regard transperça à nouveau le San Ban Tai Taisho et parla.

« Tu es doué et tu as compris le but de cet exercice. Sache qu'il n'est ni unique ni indispensable. Chacun peut et s'en est la force, le personnaliser comme il l'entend ou utilisé d'autre voie. Celui-ci tel quel est simplement celui que je pratique depuis des temps immémoriaux. N'oublie pas, lorsque tu l'emploies, que tous n'est qu'un seul et unique geste. C'est aussi une excellente forme de méditation. J'ajoute tous de même que, si se sont des principes généraux, tu ne dois pas oublier que l'exercice en lui-même n'use que d'une facette des nombreux atouts d'un vrai Shinigamis. Il n'améliorera pas ton Shuunpo ni ton kido, tout juste ton Zanjutsu. Mais il te permettra surtout de t'échauffer efficacement et d'atteindre un niveau de méditation et de concentration indispensable pour tout apprentissage et toute avancée, il te permet aussi de percevoir la vrai nature de chacun de tes gestes et de les considérer non plus comme un simple ensemble, mais comme un tout. À présent, dis moi, que cherches-tu en venant ici, qu'essayes-tu d'acquérir? »

Sa voix était calme, profonde, le débit lent, il était en paix, parlait sans détour et lorsqu'il posa sa question, il ne pût s'empêcher de scruter le capitaine qui lui faisait face pour en observer la réaction. Oui, il savait qu'il cherchait quelques chose de précis, chaque exercice qu'il avait pratiqué le clamait, parce qu'il n'était bien évidemment pas effectué par hasard, mais aussi parce que son corps tout entier et sa volonté, bandée comme un arc, semblait tendre vers quelques chose. Il n'était pas médium et même s'il avait quelques idée de la nature exact de l'objet convoité, il ne pouvait se hasarder à en parler au hasard. Si s'était en rapport avec son Zanpakutôh (mais il en doutait, la plupart des Shinigamis s'exerçait avec leur Zanpakutôh à l'abri des regards) il ne pourrait guère plus que lui donner des conseille, chaque Shinigamis devaient lui-même trouver et tracer sa voix dans ce domaine, aucune aide ne pouvait véritablement être utile, seul les quelques conseilles des plus sage permettaient éventuellement de jeter un regard nouveau sur ces relations Shinigamis-Zanpakutôh si spécial. Mais il doutait que ce soit cela et pour tout autre techniques, il pourrait sans problème le guider sur le chemin de la réussite et les tortueux sentier de la maîtrise. Il n'attendait pas de grand discours, aujourd'hui c'était plutôt son rôle, mais plutôt un réponse rapide, précise et concise. Personne ne s'entraîne jamais sans but et sans objectif, ni lui, ni aucun autre. Il en va de même lorsque l'on a la prétention de vouloir enseigner ou dispenser son savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kioyi Saeru

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Ven 19 Fév - 18:53

Kioyi ignorait depuis combien de temps les deux capitaines dansaient de la sorte. Il n'en avait que faire d'ailleurs! Malgré les douleurs musculaires, il se sentait bien. Il était en symbiose, il n'avait nul besoin d'autres choses. Enfin si...Peut-être un peu d'eau par la suite car la chaleur ne ratait pas Kioyi loin s'en faut. Soudain, Kioyi sans ouvrir les yeux, sentit que le capitaine s'arrêta. C'est alors qu'éxecutant une dernière fois cet exercie, Kioyi s'arrêta en un mouvement gravieux à son tour...Il sentait en quelques sortes un nouveau contact avec son Zanpakutô. Certes, lui et Moguru avait déjà un lien extrêmement fort, mais à présent, il semblait être invicible...Personne ne pourrait les vaincre lorsqu'ils étaient réunis. Du moins, était-ce l'impression de Kioyi. Il avait l'impression de pouvoir prendre place dans un combat, sans compter forcément sur sa puissance, mais aussi sur un rythme...Un certain rythme qu'il pouvait imposer...Tout d'abord entrer dans celui de l'adversaire pour ensuite imposer le sien. Etait-ce donc là le but de cet exercice d'échauffement? Si tel était le cas, le San Ban Taisho avait alors énormément progresser rien que sur ce point là, bien qu'il jugeait que ce qu'il venait de faire était totalement inutile quant à la maitrise du Senka. Il ne put s'empêcher de ressentir une profonde gratitude pour le Sô Taisho, il ne manquerait pas de le remercier à la fin de cet entrainement qui selon lui, n'était pas du tout fini. La technique que Kioyi voulait apprendre était loin d'être simple, et il le savait très bien. D'une certaine façon, l'excitation venait à gagner le jeune capitaine. Suivre ainsi un simple entrainement de routine avec Yamamoto était si fort! Avait-il attiré l'attention sur lui? Ou le capitaine de la première division se promenait-il tout simplement? Ou pire...L'avait-il observé en secret, sans que Kioyi ne sache rien? Voilà qu'il l'embêterait bien car ces derniers temps, mis à par aujourd'hui, il n'avait que se relaxer, joue au Gô et boire du Saké avec ses hommes. Il fallait dire que le San Ban Taisho n'avait pas encore totalement le sens des responsabilités...Enfin bref, malgré l'excitation, Kioyi retrouva très un vite un calme digne de ce nom, et il était apaisé de réussir ainsi à faire les exercices que lui faisait faire Yamamoto. Bon, d'accord celui là ne relevait pas d'une difficulté énorme et les suivants seraient sans aucun doute plus compliqué.

Le regard sombre de Yamamoto reperça alors de nouveau le jeune apprenti qui se tenait face à lui. Bien que s'appuyant sur sa canne afin de pivoter vers Kioyi, le commandant ne manquait pas d'une souplesse impressionante. Enfin sa canne...Son redoutable Zanpakutô...Kioyi ne l'avait d'ailleurs jamais vu à l'oeuvre. Simplement senti son énorme puissance lors de la journée de l'exécution de la prénommée Rukia. Bien que se tenant très loin de l'action et n'étant qu'un jeune septième siège à l'époque, qui n'était pas si loin d'ailleurs, le capitaine de la troisème division avait ressenti le Reiatsu du fameux Yamamoto jusqu'à lui et depuis ce jour, il épouvait une admiration et un énorme respect pour l'ancêtre. C'était un si grand honneur que de s'entrainer avec lui! C'est alors qu'après l'avoir fixé quelques secondes, le vétéran Shinigami prit la parole:

« Tu es doué et tu as compris le but de cet exercice. Sache qu'il n'est ni unique ni indispensable. Chacun peut et s'en est la force, le personnaliser comme il l'entend ou utilisé d'autre voie. Celui-ci tel quel est simplement celui que je pratique depuis des temps immémoriaux. N'oublie pas, lorsque tu l'emploies, que tous n'est qu'un seul et unique geste. C'est aussi une excellente forme de méditation. J'ajoute tous de même que, si se sont des principes généraux, tu ne dois pas oublier que l'exercice en lui-même n'use que d'une facette des nombreux atouts d'un vrai Shinigamis. Il n'améliorera pas ton Shuunpo ni ton kido, tout juste ton Zanjutsu. Mais il te permettra surtout de t'échauffer efficacement et d'atteindre un niveau de méditation et de concentration indispensable pour tout apprentissage et toute avancée, il te permet aussi de percevoir la vrai nature de chacun de tes gestes et de les considérer non plus comme un simple ensemble, mais comme un tout. À présent, dis moi, que cherches-tu en venant ici, qu'essayes-tu d'acquérir? »

Cette dernière question interpella Kioyi. Il pensait tout à l'heure au Senka. Ainsi il était de dévoiler à Yamamoto la véritable raison pour laquelle il était venu à ce terrain d'entrainement. Les mots qu'avaient prononcés Yamamoto se révélait profond, juste et on en tirait un enseignement particulier. Avant de répondre, Kioyi repensa brièvement aux autres mots prononcés avant la question et retint méditation mais aussi concentration. La concentration! Voilà qui pourrait lui être fort utile lui qui se laissait distraire si souvent! Ainsi, être capitaine signifiait aussi cela...En ce cas, le San Ban Taisho avait pris conscience de plusieurs choses en ce jour! De plus, il ne resta pas non plus insensible aux compliments faits par Yamamoto. Incroyable! Jamais il n'aurait penser recevoir de tels féliciations. Puis, après quelques secondes, le temps de tout bien mettre en ordre dans sa tête, Kioyi prit la parole à son tour afin de répondre au grand maitre:

"Et bien, à dire vrai capitaine Yamamoto, si je suis venu aujourd'hui ici, c'es tout d'abord pour reprendre un entrainement régulier. Mais je vais faire court...Je voudrais maitriser une technique, une des plus dures je pense...Lié aux Shunpo...Je suppose que si vous m'avez observé vous avez pu voir combien je m'acharnais sur le Shunpo. Je souhaite à tout prix maitriser le Senka...Et ce aujourd'hui!"

Yamamoto ne bougea pas d'un poil et ne prononça pas un mot les quelques secondes qui suivirent. Kioyi craignait d'avoir été trop audacieux en disant qu'il voulait maitriser le Senka en quelques heures. Pourtant en compagnie du brillant commandant, il s'en sétait capable et ce plus que jamais!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yamamoto-Genryūsai

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Jeu 25 Fév - 16:09

Aujourd'hui...Pensait-il donc sérieusement pouvoir maîtriser une technique en si peu de temps? Si c'était le cas, Yamamoto devrait revoir son jugement. Personne pas même le plus talentueux des Shinigamis ne maîtrise en quelques une technique, quel qu'elle soit. C'est un travail qui ne se mesure pas en heure mais en année, un entraînement constant et une pratique régulière, d'année en année, saison après saison étant la seul clé permettant d'atteindre une maîtrise presque totale de ce qui n'est qu'un aspect, d'une discipline. Sans cesse chercher la perfection, ne jamais se reposer sur ses lauriers, ne jamais se croire arrivé. Tel est lorsque l'on veut prétendre ne fût-ce qu'effleurer du bout du doigt le firmament, s'approcher et observer juste un instant la perfection. Non, il ne maîtriserait pas le Senka en sortant du terrain d'entraînement aujourdh'ui, ni demain, ni le moi prochain, pas plus que lors des quatre prochaines année à venir. Il n'en serait qu'au balbutiement, au début d'une découverte, à l'aune d'un chemin, un long chemin sur lequel il allait se lancer et qui constituerait une interminable aventure. S'il ne saisissait pas ça, il ne parviendrai jamais au niveau des meilleurs, il ne saurait jamais correctement user d'une telle technique.

« Tu n'aboutiras à rien aujourd'hui jeune Taishô. Une technique ne se maîtrise pas en quelques heures, ni en quelques jours. Quand bien même tu travaillerais toute l'année avec acharnement, tu n'arriverais même pas au niveau des meilleurs et des plus vieux capitaines qui ont sur toi des siècles d'avance. Tues loin de voir le bout du tunnel. Aujourd'hui tu comprendras ce qu'est le Senka, quand à le maîtriser, seul le temps et l'entraînement te permettront d'en user au plus haut niveau. Il faudra en outre pour ça que tu perfectionne ton Shuunpo, que tu travailles ton Zanjutsu sous toutes ses facettes, si tu veux un jour avoir ne fût-ce que la plus minime possibilité d'en user contre un adversaire de ton égal en combat. Fais preuve d'humilité...Ou tu n'avanceras jamais dans la bonne direction. »


C'était à la fois une remontrance et une mise garde, combien de capitaine avait il vu se complaire dans l'arrivisme...Et stagner, cesser d'évoluer, pour disparaître broyer par les engrenage de l'histoire et du destin. Il avait confiance en le potentiel de Saeru, mais devait veiller à ce qu'il ne s'égare pas et prennent toujours ses distances avec la prétention, à ce qu'il ne se surestime jamais sans pour autant se dévaluer. L'équilibre était difficile et fragile, il en était conscient et bien souvent il fallait des années de travail sur soi pour pouvoir y parvenir. Soupirant sous sa barbe il s'éloigna du jeune capitaine d'une dizaine de mètre, un espace restreint mais qui était parfait pour travailler les bases du Senka, les grandes distances rendant ce genre d'attaque de toute façon hasardeuse et souvent inefficace car prévisible et facilement anticipée du même coup. Le Senka était en soit une excellente technique, pas vraiment une des plus difficile comme semblait le penser son jeune Taishô, du moins pas dans la théorie et l'apprentissage, mais compliqué à placer en situation de combat. Une excellente technique d'ouverture ou de conclusion, mais en plein milieu d'un combat difficile à utiliser encore une fois. Cependant et surtout contre des adversaire plus faible, elle permettait de pouvoir achever très rapidement un combat, sans perdre de temps en ne comptant que sur sa rapidite et sa précision. En outre c'était une technique qui ne coûtait que très peu d'énergie, à peine celle dépenser pour le Shuunpo. La technique de déplacement la plus usitée du Seireitei était à la base du Senka, qui n'était rien d'autre que la rencontre des deux disciplines phare des Shinigamis, le Zanjutsu et le Hohou. Le tous saupoudré d'un peu de stratégie et de réflexion.

« Le Senka, est une technique qui met en application deux des discipline les plus élémentaire du Shinigamis, le Hohou et le Zanjutsu. Fondu ensemble, il constitue l'arme la plus basique de tous représentant du Seireitei. Le Senka est un mouvement se basant sur un principe simple et usant donc du Shuunpo et d'un coup particulièrement puissant du Zanjutsu. Il demande une grande maîtrise de l'un et de l'autre et est inefficace face à un adversaire dont la vitesse de déplacement est plus importante que le tienne. Pour effectuer correctement un Senka, il faut utiliser le Shuunpo au maximum de sa capacité pour se glisser dans le dos de son adversaire, se qui veut dire contourner sa garde, partie la plus difficile de l'exercice. Une fois dans son dos, placé de profil, on place un coup de ZanpakuTôh au niveau de la nuque de l'adversaire. Le coup doit être d'une grande précision, ne nécéssite pas vraiment de force, car son objectif est de toucher le point faible de la nuque, qui cèdera instantanément sous la frappe et provoquera une mort instantanée. Les expert du Senka sont capable de l'utiliser en combinant d'autre coup issu du Zanjutsu, les capitaines Kuchiki Byakuya, Ukitake Jyuushiro et Kyoraku Shunsui, sont capable de frapper tous les points les plus sensibles du corps situé et accessible dans le dos. Ils sont ainsi capable de décider quel mort et quel châtiment infliger à un adversaire, le paralyser simplement, transpercer son cœur, lui briser la nuque, sectionner les ligament assurant le fonctionnement des jambes ect... »

L'énumération de ces macabres techniques assombri quelques peu le ton du Sô Taishô, il n'était décidément jamais agréable d'évoquer de tel sujet. San le vouloir l'image de Kyoraku, les cheveux encore court, tous jeune Shinigamis suivant avec plus ou moins d'attention ses enseignements en compagnie de Jyuushiro apparu. Il revoyait avec une précision sidérante la mine sombre et la moue de dégoût se former sur son visage lorsqu'il évoquait aussi crûment de telle réalité. Comment un jeune homme aussi paisible avait-il pu devenir un guerrier si puissant et parfois, si froid. Contrairement au apparence les deux compère ne se posait plus de question une fois plongé dans un combat, malgré son tempérament doux et sociable, Ukitake n'avait jamais fais preuve de pitié, n'avait jamais hésité à tuer. De même que Kyoraku, devenait aussi roublard que détaché de toute émotion en situation de combat. Bien sûre les années avait aidées les deux capitaines à se forger une armure à toute épreuve et l'expérience avait fais d'eux, si la situation l'exigeait d'implacable machine à tuer. Ce que n'était pas encore le jeune Saeru...Mais lui aussi avec le temps, finirait par se fermer à toute émotion et à toute chose lorsqu'il tirerait sa lame.

Fixant sans ciller le San Ban Tai Taishô, il disparu dans un léger soulèvement de poussière, ne laissant derrière lui qu'un léger bruit sourd et caractéristique. Sans crier gare il venait d'effectuer l'un des Shuunpo les plus rapide que le jeune capitaine aie jamais du voir. Le Sô Taishô démontrait à lui seul pourquoi la technique de déplacement favorite des Shinigamis était appelé déplacement instantané, personnifiant à lui seul cet état de fait. L'action ne dura qu'un demi-battement de cœur, sans plus de difficulté que s'il avait traversé un rideau de soie, il avait en un instant traversé l'espace qui les séparait pour se retrouver derrière son jeune officier supérieur. Son doigt noueux s'appuyant doucement et négligemment, exerçant une imperceptible pression, sur la nuque du capitaine, à l'endroit exact que la lame devait atteindre lors de l'exécution d'un Senka, dont il venait de donner un exemple impressionnant de maîtrise et de vivacité, qui contrastait farouchement avec le vieillard au corps courbé et fragile dont il donnait l'image. Bien sûre, il se doutait que sans la soudaineté de son attaque et en combat, le capitaine aurait probablement évité le coup, non sans mal certes. Quoi que n'ayant jamais eu la chance d'observer son capitaine commandant en combat, il devait probablement être surpris de constater qu'il n'était pas craint et redouté pour rien et qu'il était encore loin de pouvoir le bousculer dans quelques domaine que ce soit. Ce Senka et le Shuunpo qui le constituait, dont la maîtrise flirtait avec la perfection presque absolue en était l'illustration.

« Tu as encore beaucoup de chemin à faire, jeune San Ban Tai Taishô. Le point que j'indique du bout de mon doigt est précisément celui que tu dois chercher. La distance à laquelle je me trouve est la distance parfaite et idéale, quelques soit le coup que tu veuilles porter. Comme je l'ai dis les variantes sont nombreuse et laissée à l'appréciation de l'utilisateur, si tu dégaine pendant le Senka, un grand coup diagonale, partant du vas, au niveau du rein gauche et terminant sa course entre les deux omoplates est préférable. Toutefois, l'efficacité du Senka réside dans un élément particulièrement déterminant. La fluidité...Je t'ai dis qu'un combat n'était qu'un seul geste, quelques soit le nombre de mouvement, qu'il dure cinq minutes ou deux heures...C'est encore plus vrai quand on parle du Senka. Tous est fluidité, chacun des mouvements qui le constitue ne sont qu'un seul et même geste, un tous, dont la précision et la puissance dépende de la cohésion. Ta lame ne doit jamais se coincer, ton coup doit toujours être parfaitement maîtrisé. Tous Senka exécuté à un but précis, que tu connais avant même de bouger, avant même de te retrouver dans son dos, tu dois savoir si tu vises ses points d'énergie, son cœur, sa nuque, ses ischio-jambier... »

Et avant même que Saeru ait pu ouvrir la bouche ou esquisser le moindre geste, le vieux Taishô disparaissait pour réapparaitre au même instant à l'endroit qu'il avait précédemment occupé. À une dizaine de mètre face à son élève du jour. Les mains tranquillement posées sur sa vieille canne dont le bois sombre renvoyait d'inquiétant écho de puissance tout à coup. Le vieux Shinigamis semblait remplir l'espace et le temps de façon démesurée, malgré sa carrure à la limite du dérisoire, son dos courbé et ses longs sourcils. Son énergie pulsait, contenue, dans l'air sans discontinuer, formant une atmosphère presque irréel pour ceux qui n'avait pas l'habitude de l'approcher de si près. Les quelques Shinigamis présent observait l'échange bouche bée, sidéré face à la réalité que leur imposait leur commandant. Si quelques un d'entre eux l'avait cru dépassé il devait en avoir eu pour leur compte. Tous semblait réfléchir plus lentement, leur mouvement pour les plus faible d'entre eux semblait même plus lourd. Pourtant, il n'avait relâché qu'une toute petit partie de son énergie, à peine un dixième de ce qu'un capitaine pouvait libérer habituellement, mais son énergie était si dense qu'elle en devenait étouffante.

« Bien maintenant, tu vas tenter d'effectuer un Shuunpo suffisamment fluide, rapide et efficace pour que tu puisses te glisser dans mon dos et enchaîner une frappe. N'oublie, tous n'est qu'un geste, qui doit être fluide, précis et efficace. Le Shuunpo doit être lui aussi d'une grande précision sans quoi tu échoueras immanquablement. Tu vas toucher avec ta lame, dans son fourreau, je ne voudrais pas être victime d'une maladresse, le point précis ou tu veux frapper. Je te conseille de commencer par la nuque, c'est la base et le point le plus vulnérable de tout combattant. Si entre le moment ou tu te glisse derrière moi d'un Shuunpo et celui ou tu exécutes le mouvement de Zanpakutôh je juge que trop de temps s'écoule et je remarques une rupture dans la continuité du Senka, je frapperai de ma canne pour te le signaler. Tu as évidemment le droit d'éviter, si tu en es capable. Tu peux adopter le rythme qui te convient, t'en que tu ne romps pas le geste et que tu lui es fidèle. »

Sur ses mots il attendit patiemment que l'exercice commence, sachant parfaitement comment les choses allaient s'agencer désormais. Il espérait tous de même ne pas avoir à punir trop souvent une excès de confiance ou un manque d'efficacité et d'application. Fermant les yeux, il concentra son esprit sur le jeune capitaine, percevant son être au travers des ondes d'énergie qui émanait de lui à son insu et le visualisant comme s'il le voyait en plein jour, sentant la moindre, la plus infime variation dans le flot continu de son Reiatsu. Il était capable simplement ainsi, d'anticiper la plus grande partie des mouvements de la plupart de ses adversaires. Ce n'était pas à proprement parler une technique, il avait simplement développer sa perception de l'énergie spirituel à un point tel qu'il était capable de percevoir les êtres spirituels rien qu'au travers de leur énergie, sans avoir besoin de les voir ou de les localiser. C'était cependant l'un des nombreux domaine qu'il devait encore explorer...Il restait tant à faire et il le sentait, si peu de temps.


Dernière édition par Yamamoto-Genryūsai le Ven 5 Mar - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Coyote Stark

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   Sam 27 Fév - 20:01

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entrainement avec Yamamoto [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrainement avec Yamamoto [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chef faustoausto :: RP DES EX MEMBRES :: SOUL SOCIETY :: SEREITEI-