AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ulquiorra, mon instructeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Ulquiorra, mon instructeur   Mer 17 Fév - 14:59

    Entraînement avec l’un des meilleurs :

    Aujourd’hui, l’Espada portant le numéro neuf prit son courage à deux mains, dans l’optique de demander un service à un des meilleurs, Ulquiorra Schiffer, secrètement c’était un peu son modèle, au même titre qu’Aizen-sama, droit, très fort, extrêmement calme et posé mais par-dessus tout, pourvu d’une classe exceptionnelle. Le Quattro Espada était situé dans le désert blanc, pour une raison qui était encore inconnue à Casanova. Mais à la minute où il l’a apprit, ce dernier fonça tel un possédé exécutant de rapides Sonidos jusqu’à parvenir à la position d’Ulquiorra. Le désert quant à lui, comme à son habitude, était blanc, morne, dépourvu d’âme, vide mais au loin on apercevait le palais de maître Aizen, son quartier général où il échafaude tous ses plans de batailles. Étrangement, on ne voyait aucun Hollow traîner dans le coin, peut-être avaient ils trop peur de l’être planté au milieu du décor, sujet de toute l’attention, cet Arrancar paraissant si chétif mais recelant un pouvoir phénoménal. Comme à son habitude, il avait les mains dans ses poches et toujours la même expression sur le visage, celle du mépris… Peut-être ne le faisait-il pas exprès, mais ce qui transparaissait le plus souvent. Casanova se trouvait à à peine quelques mètres de lui, n’osant pas avancer d’avantage, de peur de se faire tuer par son épée. Mais, après une dizaine de secondes d’hésitation, il marcha en sa direction très doucement, pour éviter toute confusion, il ne voulait pas l’affronter à mort mais juste qu’il l’entraîne pour être plus efficace sur le champ de bataille et ainsi mieux protéger et servir le Roi. Et il voulait travailler son Hierro, pour tenter d’ignorer au maximum les dégâts physiques dus aux coups des Shinigamis lors des duels en face à face, en particulier contre les capitaines de divisions. Le Hierro semblait pouvoir se travailler, une défense de niveau supérieur comme celle de son collègue, peut-être moins puissante, mais tout de même plus que ce qu’il possède maintenant, car il ressent quand même les dégâts, assez bien même. C’est alors, sur un ton assez calme qu’il tenta d’engager la conversation avec l’Espada numéro quatre :

    « S’il te plaît Ulquiorra, tu es l’un des meilleurs de l’Espada, tu en sais beaucoup sur l’art du combat. Accepterais-tu de m’entraîner un peu ? Ce n’est pas réellement pour moi tu sais, mais en particulier pour maître Aizen, pour mieux le protéger et servir son ambition personnelle qui est l’anéantissement de la Soul Society. Je t’en prie, rend moi fort… »

    A ce moment précis, Casanova ne savait plus quoi penser car il venait de demander quelque chose d’insensé à un de ses nombreux collègues, l’entraîner, non «le rendre fort», selon ses propres dires. Peut-être qu’il ne se trouvait pas assez fort ou alors avait t’il peur de décevoir Aizen Sôsuke qui sait… Mais le pire était à craindre, car il pourrait obtenir un refus catégoriques et un mépris total car cela ne serait qu’un faible suppliant les autres soit se prendrait t’il un coup de Zanpakuto droit dans la tête, le tuant sur le coup. Mais en plus de cela, l’entraînement avec le Quattro risquerait d’être un véritable enfer pour lui au vu de sa force actuelle et la différence de puissance abyssale les séparant. La neuvième épée tremblait intérieurement, il transpirait quelque peu, mais son interlocuteur potentiel quant à lui regardait le ciel noir ainsi que la Lune, trônant égoïstement en son sommet. Le silence qui régnait ici était insupportable, comment allait réagir Ulquiorra ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ulquiorra Schiffer

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Jeu 18 Fév - 10:14

Ulquiorra avait enfin réussi à se débarasser de la plus grande partie des tâches urgentes qu'Aizen-sama lui avait confiées. Il en avait profité pour demander une permission de plusieurs jours. Il souhaitait effectivement s'entraîner, et il souhaitait plus précisément entraîner sa Resurreccion Secunda Etapa. Cette forme, bien que terriblement puissante, avait encore plusierus défauts: en dépit de sa stabilité, la plupart de ses techniques dans cette forme étaient soient instables, soit encore trop dures à contrôler efficacement. En plus de celà, elle concommait un reiatsu faramineux. Il comptait donc l'entraîner dans le Hueco Mundo, hors de vue d'Aizen-sama. Ce pouvoir était trop embryonnaire pour lui être présenté ainsi. De plus, la libérer trop près de Las Noches avait des chances de détruire le palais... Ce qui ne lui plaisait pas, pas plus qu'à Aizen-sama, certainement... Il s'était déjà bien éloigné du palais, loin dans le désert blanc et morne, dépourvu de vie, quand il sentit un reiatsu s'approcher de lui. Un Hollow? Non, un Arrancar. Bien plus faible que lui. Il le reconnut assez tardivement, n'étant pas familier avec celui-ci: il s'agissait de Casanova, le Nuevena Espada, fraîchement nommé. Que voulait-il? Il semblait se diriger à toute vitesse vers Ulquiorra... Celui-ci s'arrêta, attendant de voir ce que voulait son subordonné. Ce dernier arriva quelques secondes après. Il s'arrêta à quelques mètres d'Ulquiorra. Le craignait-il? Probable. Il savait par expérience que l'absence d'émotion était un gouffre terrifiant pour ceux qui ne le connaissaient pas. Mais Ulquiorra était particulier dans ce cas: si la plupart des gens qui ne ressentaient rien avaient toujours le souvenir de ces émotions, Ulquiorra, lui n'en avait aucun. Ce qui rendait ce gouffre d'autant plus terrifiant. Après quelques secondes où le Nuevena sembla tergiverser avec lui-même, il finit par s'approcher. Son ton calme avait du mal à cacher son manque d'assurance:

S’il te plaît Ulquiorra, tu es l’un des meilleurs de l’Espada, tu en sais beaucoup sur l’art du combat. Accepterais-tu de m’entraîner un peu ? Ce n’est pas réellement pour moi tu sais, mais en particulier pour maître Aizen, pour mieux le protéger et servir son ambition personnelle qui est l’anéantissement de la Soul Society. Je t’en prie, rends-moi fort…

Bizarre. D'habitude, traiter quelqu'un de faible dans l'Espada était un injure mortelle. Pourtant, celui-ci avait réussi à non seulement l'exprimer, mais à faire une demande à laquelle Ulquiorra ne s'attendait absolument pas. Ce nouveau ne manquait pas de courage. Loin de là. Avec de l'assurance, il pourrait devenir un bon Espada... Pour ce courage, Ulquiorra ne pouvait le laisser en plan. Son propre entraînement attendrait. Il lui répondit finalement, les mains toujours dans les poches, et son air inexpressif (dans son esprit, du moins):

Bien. Dis-moi ce que tu veux améliorer chez toi. Cet entraînement sera toutefois dur pour toi, car je doute que tu sois capable de me suivre efficacement. Mais il le faudra si tu veux devenir plus fort.

Ulquiorra voulait aussi voir effectivement quel était son pouvoir réel, car on n'est jamais mieux servi que par soi-même... Notamment au niveau du pouvoir. Seul un combat personnel pouvait permettre à Ulquiorra d'estimer réellement le niveau de son adversaire. Et il ne s'en privait que rarement, sa propre puissance étant déjà très grande, bien que futile, comparée à celle d'Aizen-sama...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Jeu 18 Fév - 11:14

    Cela va être dur…

    Waw, Ulquiorra Schiffer venait d’accepter, et ce sans l’once d’une hésitation, en plus, cela ne cachait absolument rien ! Juste s’améliorer en vue de mettre une bonne rouste aux Shinigamis une bonne fois pour toutes et qu’ils ne reviennent plus embêter le Hueco Mundo, ni l’entraver dans ses nombreuses actions de conquête du monde. Mais même si le Quattro Espada avait acquiescé, son entraînement serait très dur, car il était parfaitement hors de question qu’il tienne compte qu’il ne soit que Gillian et lui Vasto Lorde, et de plus que ce ne soit qu’une nouvelle recrue. Casanova l’a voulu, et il n’en attendait pas moi de son interlocuteur charismatique. Et puis, cela serait bien de partager un moment de paix avec un éminent collègue. Ulquiorra demanda à Casanova ce qu’il voulait améliorer chez lui, mais il ne savait pas encore quoi lui répondre, de peur qu’il lui dise non. Mais il fallait bien braver cette timidité si handicapante, cela lui serait fatal lors du grand affrontement avec les autres fronts. Et mort, notre Arrancar favori ne servirait plus à rien… La lune brillait dans le ciel noir, il n’y avait aucun vent, aucune brise autour des deux personnages de ce récit, donc le Nuevena devrait l’amener, ce vent. Grâce à son pouvoir lui conférant le contrôle du vent, comme un Yamamoto Genryuusai avec son feu si ardent et purificateur. Au fond de lui, il voulait apprendre à gérer son énergie sprituelle, car lors de son combat de test contre le Roi Aizen, ce défaut en plus de ses nombreux doutes, déçurent Aizen-sama, et ça, cela ne devait plus jamais se reproduire sinon il ne se le pardonnerait jamais et ne serait plus digne de prétendre au titre d’Espada… Et donc, le jeune Casanova répondit avec tact, et surtout avec calme à son supérieur, pour qu’ainsi, les deux partis soient à l’aise avant de débuter les hostilités :

    «Avant toute chose, Ulquiorra-san, laisse moi te dire que c’est un véritable honneur pour ma personne de me faire entraîner par un individu aussi fort que toi. Je t’admire depuis toujours pour ton dévouement envers notre Seigneur et maître, mais également pour ton assurance, ton calme légendaire et ta puissance phénoménale. Lors de mon affrontement avec Aizen-sama pour mon test d’admission au sein de l’Espada, j’employais trop de Reiatsu inutilement, je suis à l’heure actuelle, totalement incapable de le gérer. C’est donc pour cette raison que je sollicite ton aide.»

    C’était là une incroyable démarche que venait de faire Casanova auprès D’Ulquiorra, probablement l’un des Vasto Lorde de Las Noches. Il ajouta que c’était aussi un honneur, pour vous dire à quel point il était heureux et fier à ce moment là. Une seule chose l’obsédait, progresser, et son interlocuteur l’aiderait beaucoup dans cette voie. Sans pour autant perdre son calme, il esquissa un sourire, un petit, témoignant de sa gratitude envers son futur adversaire, non mieux : son partenaire. S’il arrivait à garder suffisamment de réserve d’énergie spirituelle, cela pourrait renverser un combat qu’il croyait perdu, ainsi que bien d’autres choses encore comme se soigner partiellement suite à un violent coup l’ayant très affecté. Sans plus attendre, il exécuta un rapide Sonido vers l’arrière pour s’éloigner un peu de son partenaire de combat, ensuite, il augmenta sa puissance pour pouvoir suivre un peu mieux la suite des évènements. Bien que, au fond de lui il savait qu’Ulquiorra lui était cent fois supérieur et qu’il lui suffisait de claquer des doigts pour l’écraser comme un vulgaire petit insecte se qui en était très effrayant vous en conviendrez. L’énergie qu’il dégageait était très dense de couleur bleue et visible à l’œil nu. Soudain il la stoppa net, ce qui eut pour effet de projeter du sable un peu partout. L’expression de Casanova avait changée du tout au tout, plus serein il était désormais apte à aborder l’entraînement. Ensuite il dégaina son épée en la sortant délicatement de son fourreau blanc. Cette même lame était transparente et bleue, une véritable beauté, une pièce unique en son genre. Cette fois-ci, le Nuevena Espada prit la précaution de ne pas se charger d’une énorme quantité de Reiatsu, épuisant presque ses réserves. Donc, on pouvait déjà en conclure qu’il tira une petite leçon de son test en plus que s’il avait peur de mourir, il finirait six pieds sous terre pour de vrai. Pour terminer il dit quelque chose à son adversaire amical. Nous disons adversaire et non pas ennemi, entendons nous bien…

    «Voilà Ulquiorra-san, je me suis mis à un niveau raisonnable pour éviter de trop gaspiller d’énergie et ainsi e garder pour la fin, Suis-je sur la bonne voie selon vous ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ulquiorra Schiffer

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Ven 19 Fév - 16:32

Ulquiorra fut tout de même assez surpris de voir son partenaire d'entraînement le remercier. Il le fut encore plus quand il vit ses réactions. Il allait falloir qu'Ulquiorra lui remette les idées en place, appremment! Sa première réaction après l'acceptation d'Ulquiorra fut assez spontanée:

Avant toute chose, Ulquiorra-san, laisse moi te dire que c’est un véritable honneur pour ma personne de me faire entraîner par un individu aussi fort que toi. Je t’admire depuis toujours pour ton dévouement envers notre Seigneur et maître, mais également pour ton assurance, ton calme légendaire et ta puissance phénoménale. Lors de mon affrontement avec Aizen-sama pour mon test d’admission au sein de l’Espada, j’employais trop de Reiatsu inutilement, je suis à l’heure actuelle, totalement incapable de le gérer. C’est donc pour cette raison que je sollicite ton aide.

Ramassis de sornettes. A quoi pouvait donc bien servir l'honneur, si ce n'est quà faire mourir les plus puissants des guerriers, et faire chuter les assassins et leurs techniques dans l'estime des gens? La force... Ulquiorra savait qu'on le considérait comme puissant, mais lui-même ne le pensait pas. Il avait beaucoup de mal à se mettre au niveau des autres. mais ce pouvoir avait aussi de grandes responsabilités: son rang lui faisait faire un très grand nombre de missions plus ou moins agréables pour le compte d'Aizen-sama. Bien plus qu'on n'en confiait au Nuevena Espada, par exemple... Quand à son assurance et son calme, Ulquiorra pensait que c'était ainsi que tout le monde devait désigner ce que lui-même désignait comme son vide. L'absence de coeur. De toute émotion.

Au moins, le Nuevena était honnête: il reconnaissait de suite sa faiblesse, et savait où était son ou ses points faibles. Un gros avantage, sachant que peu de membres de l'Espada étaient capables de situer leurs propres faiblesses... maintenant, il allait falloir corriger cette faiblesse... ce qui n'était pas une mince affaire... Son adversaire chargea ensuite du reiatsu, mais stoppa afin de garder des réserves. il allait surtout falloir l'entraîner à canaliser ce reiatsu. Première chose à faire, donc.


Voilà Ulquiorra-san, je me suis mis à un niveau raisonnable pour éviter de trop gaspiller d’énergie et ainsi e garder pour la fin. Suis-je sur la bonne voie selon vous ?

Selon Ulquiorra, s'i voulait se battre à ce niveau, il ne réussirait même pas à l'entailler. Il ne se priva pas de dire ce qu'il pensait, tout en lui disant ce qu'ils allaient travailler:

Ton problème n'est pas tant de garder des réserves, mais de canaliser ton reiatsu. Des réserves ne serviront à rien si tu les envoies en l'air sans réussir à les diriger. On va donc travailler ce premier problème. Et pour ça un exercice très simple: tu vas essayer de m'entailler. Pour ça, il suffit que tu mettes tout ton reiatsu dans ta lame, et que tu frappes. Concentre-toi, car je ne me priverais pas de contre-attaquer. Je ne parerais toutefois pas tes coups. Celà aura aussi le mérite de t'entraîner au niveau du Hierro: tu devras concentrer ton reiatsu dans ta peu, au niveau du point de contact.

Ulquiorra l'avait invité à frapper, tout en gardant les mains dans les poches. Les premiers coups ne lui feraient rien, mais les suivants seraient certainement plus dangeureux. Il contre-attaquerait avec ses mains: il ne voulait pas tuer son partenaier d'entraînement, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Dim 21 Fév - 15:24

    Monsieur Ulquiorra, j’arrive tenez vous prêt !

    Ulquiorra avait parlé, il voulait que son partenaire l’attaque directement et lui tel un piquet ne tenterait rien pour l’arrêter avec l’impact, mais si l’occasion se présentait, il n’hésiterait pas à contre-attaquer vivement, pour endurcir au maximum son adversaire, mais le Hierro du Cuarta Espada quant à lui était très difficile à percer, et impossible pour Casanova dans l’état actuel des choses. Il ne lui ferait pratiquement rien, mais il était là pour apprendre après tout, et les échec nous servent de leçons pour l’avenir, et s’il échoue dans toutes ses attaques, cela importera peu, il n’aura qu’a recommencer jusqu’à ce qu’il y arrive plus ou moins. Même si cela s’annonçait très éprouvant pour lui, l’Arrancar ne pu s’empêcher de le prendre avec le sourire le regonflant à bloc. Canaliser le Reiatsu, voilà le dilemme, le problème sera réglé définitivement par Ulquiorra Schiffer à la fin de cette terrible séance d’entraînement avec lui. Donc, il exécuta les ordre de son supérieur et commença à le charger en Sonidos assez rapides pour arriver jusqu’à lui et tenter de lui donner un coup de sabre pour espérer le transpercer de part en part et gagner, non c’était absurde, car on était pas dans un combat à mort d’une part et d’autre part c’était totalement impossible de blesser le grand Ulquiorra, il serait sans doute en mesure de contre-attaquer à distance mais bon, il fallait bien tenter le coup, on ne sait jamais ce qu’il peut se produire lors d’un affrontement en face à face, et la chance entrait également en compte dans le résultat final. Pour commencer, dans un rapide Sonido soulevant une énorme quantité de sable blanc, il arriva très vite devant son adversaire et lui décocha un gros coup de pied en prenant soin d’y appliquer le Hierro car son adversaire bien qu’en ne faisant rien allait lui exploser la jambe avec son Hierro à lui et cela ne rata pas, le jeune Arrancar s’explosa littéralement le tibia contre le coup de son opposant, quelle défense incroyable ! Casanova tomba à ces pieds, tout en se tenant le tibia, encore une chance qu’il avait le Hierro à ce moment là sinon sa jambe aurait été brisée net. Il fallait se méfier de tout maintenant, car Ulquiorra n’était pas une Espada d’Aizen-sama pour rien… Il fallait que le Nuevena Espada bouge vite de là sinon il était à la merci de son adversaire, il exécuta une suite impressionnante de roulades latérales rapides pour parvenir ensuite après quelques mètres à se relever tant bien que mal en se tenant la jambe tout en mordant sur sa chique pour ne pas extérioriser sa douleur et la montrer à son partenaire d’entraînement même si cela ne servait à rien, Ulquiorra savait très bien qu’il souffrait le martyr.

    Que faire, il était bien trop puissant et résistant pour oser l’attaquer de front, ce n’était pas n’importe qui quand même. Alors, il vint l’idée à Casanova de feinter une attaque au sabre pour lui asséner un violent coup de talon à l’épaule. C’était simple, le Hierro allait le protéger de la première attaque mais il y avait au moins 1% de chance qu’il le baisse en croyant l’assaut de son adversaire terminé. Le Nuevena n’avait rien à perdre, autant essayer car au pire il se prendrait un coup de poing ou de pied qui lui ferait horriblement mal… Notre ami reprit son souffle doucement pour recouvrer son sang-froid pour mieux attaquer. En un Sonido parfait il arriva à la hauteur d’Ulquiorra un peu en l’air et très rapidement dégaina son katana à la lame bleue transparente pour tenter de lui entailler le bras, enfin ce n’était que sa feinte mais ensuite suivit une roulade avant toujours en l’air pour lui asséner un coup de talon au niveau de son épaule droite. Mais rien, cela avait visiblement échoué sur toute la ligne et maintenant notre pauvre Casanova allait morfler sévère. Il allait regretter d’être venu au monde comme on dit si souvent. Et ce pas plus tard que maintenant ! En effet, sa cheville fut attrapée en un éclair par son partenaire d’entraînement, puis le fit tourner à grande vitesse, lui en revanche commençait à avoir le tourni, Casanova regrettais son manque de tactique, il aurait du revenir en arrière dans la secondes qui avait suivi son échec, mais non il préféra croiser le regard de son adversaire. Vraiment quel type prévisible, m’enfin c’était Schiffer-san en face pas un gros nul de dieu de la mort à peine sorti de l’académie quoi… Cela tournait de plus en plus vite comme si notre ami Arrancar se trouvait dans une centrifugeuse. Soudain, il hurla quelque chose avant de se voir projeté dans les airs:

    «WWoohhh oohhh… wwwooohhhhh wwwoohhhhhhh Ulquiorra –sssaaannnnnnnnn. Pitié lâchez moiiiiiiiiiii je vais finir pas dégobiller wwwooohhhh Ulquiorra-san !! ><»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ulquiorra Schiffer

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Mar 2 Mar - 9:24

Ulquiorra était sur ses gardes, bien que rien dans son expression ou dans son attitude ne put en informer les autres. Il était simplement un peu plus observateur et concentré qu'auparavant. Il lui fallait réussir à prévoir les coups et les mouvements de son jeune partenaire d'entraînement. Pas pour pouvoir les contrer, son Hierro était déjà largement suffisant pour celà, mais pour voir où il pourrait contre-attaquer sans trop l'endommager. Aizen-sama n'apprécierait pas qu'il le tue... Bien que celà ne soit pas un problème selon Ulquiorra. Il le vit donc charger en une succession de Sonidos assez rapides, mais consommant beaucoup de reiatsu. Toujours le même problème, apparemment... Il tenta donc de lui infliger un coup de sabre, et changea au dernier moment en un coup de pied, caché en grande partie par le sable que son dernier Sonido avait soulevé. Mais c'était insuffisant pour avoir une chance de le blesser: non seulement Ulquiorra avait senti le reiatsu de son adversaire quitter sa lame pour aller dans sa jambe, mais en plus il avait largement eu le temps d'augmenter la puissance de son Hierro pour encaisser le coup sans broncher. Ce qui ne fut apparemment pas le cas de Casanova: il faillit hurler de douleur, à en juger par son expression. c'était pour lui probablement comme s'il avait frappé de toutes ses forces dans un mur d'acier... voir encore plus solide, mais bon, dans tous les cas, il l'avait senti passer. La leçon avait donc commencé. Ulquiorra ne pensait pas contre-attaquer un adversaire déjà blessé par son propre coup, mais il l'aurait tout de même fait, si celui-ci ne s'était pas dégagé rapidement: il exécuta une très belle série de roulades en arrière pour se mettre hors de portée de ses coups. Mais pas assez loin, il lui semblait: un simple Celo suffirait à le toucher. Toutefois, le Celo d'Ulquiorra avait plus de chances d'être mortel que d'augmenter la résistance de son Hierro...

Soudain, le visage de son adversaire s'éclaira. Il venait d'avoir une idée. Ce qui ne semblait pas arriver à beaucoup de monde autour d'Ulquiorra. Le Nuevena venait encore de monter dans son estime. Il le vit exécuter un Sonido bien mieux réussi que ses précédents, bien qu'un peu trop chargé en reiatsu, mais dans la norme, pour un Espada de son niveau. Mais la suite partait d'une bonne idée: il le sentit tout d'abord charger une attaque au sabre, en même temps qu'il commençait à charger du reiatsu dans son pied. En suivant rapidement son regard, il vit que ses cibles étaient dans l'ordre, sa gorge, puis son épaule. Casanova dégaina son épée, et tenta sa frappe, qu'il arrêta au dernier moment, pour la remplacer par son coup de talon sur son épaule. Ulquiorra n'avait même pas eu besoin de changer l'intensité de son Hierro. Le coup fut arrêté net, mais le Hierro de Casnova, qui semblait déjà un peu plus efficace, lui permit de ne presque pas ressentir de douleur, à la vue de son expression. Une contre-attaque s'imposait. Elle lui vint donc immédiatement à l'esprit: l'envoyer valser dans le désert serait une bonne idée... il lui attrappa donc la cheville en un éclair, et il le fit tourner au-dessus de sa tête. Ulquiorra entendit alors après quelques tours dans le manège infernal sa pauvre victime hurler quelque chose qui ressemblait à:


WWoohhh oohhh… wwwooohhhhh wwwoohhhhhhh Ulquiorra –sssaaannnnnnnnn. Pitié lâchez moiiiiiiiiiii je vais finir pas dégobiller wwwooohhhh Ulquiorra-san !!

Il ne manquait plus qu'il appelle sa mère... mais bon, c'était pour l'endurcir qu'Ulquiorra avait accepté cet entraînement. Il ne dit qu'un mot, l'ironie de l'instant pouvant paraître drôle à certains:

Voeu accompli.

Et il le lâcha effectivement: en une magnifique parabole, qu'on pouvait certainement suivre au bruit du hurlement du Nuevena jusqu'à Las Noches, Casanova fit une magnifique séance de vol plané. Dommage qu'il n'aie pas d'ailes, il aurait pu contre-attaquer avec un bon élan... Mais bon, il faudrait attendre qu'il revienne... Ulquiorra se permit un léger soupir. Il ne faudrait probablement pas frapper aussi fort la prochaine fois, sinon il risquait vraiment de la tuer à ce rythme...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ulquiorra Schiffer

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Mer 10 Mar - 10:24

J'up juste pour savoir si tu l'as pas oublié, ce RP...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   Mer 10 Mar - 10:35

Non, mais j'ai pas le temps en fait t'inquiète
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ulquiorra, mon instructeur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ulquiorra, mon instructeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chef faustoausto :: RP DES EX MEMBRES :: SOUL SOCIETY :: DESERT BLANC-