AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une promenade dominicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Une promenade dominicale   Sam 13 Fév - 21:08

    Le jeune Nuevena Esapada fraîchement nommé venait de recevoir une permission de ses supérieurs hiérarchiques pour pouvoir aller se balader quelques heures dans le monde des humains, voir de quelle manière ils vivaient aujourd’hui, quelles étaient leurs coutumes et le style vestimentaires désormais, car cela faisait bien longtemps qu’il n’y avait pas mit les pieds. Dans la tête de Casanova, quelque chose était très clair : On ne tue pas, mais on fait en sorte d’être tranquille. Donc forcément cela signifiait d’assommer tous les importuns et non pas de les trancher, car comme on le sait si bien, notre Arrancar détestait cordialement de devoir supprimer des gens, il était comme cela, et oui il y avait une exception au sein de L’Espada d’Aizen, et c’est cela qui donnait également du charme au numéro neuf. Une apparence si effrayante, un grand pouvoir, mais une âme si douce et si bonne… C’est donc le «cœur» (il n’en avait plus c’est tout à fait normal) libre qu’il emprunta le Garganta pour apparaître dans un coin isolé de la ville de Karakura, où cela ? Et bien derrière un entrepôt désaffecté, qui était peut-être un repère de malfrats maintenant mais soit. Il passa son chemin en prenant la grande précaution de masquer totalement son Reiatsu car si il ne le faisait pas il serait directement appréhendé par les autorités postées ici et il perdrait la face devant tous ses collègues mais cela c’était une toute autre chose mise sur le côté. Depuis qu’il avait quitté le monde des humains, celui-ci changea grandement, de par l’accoutrement des habitants, leurs manières de véhiculer dans les rues, au moyen de voitures et non plus de grands vélos. Les immeubles dominaient le ciel, alors qu’autrefois, il n’y avait que de petites maisonnettes toutes identiques sauf la couleur. Ce n’était plus un milieu rural désormais… L’urbanisme avait conquis presque toute la planète à ce qu’il pouvait constater. Il faisait beau aujourd’hui, le ciel était d’un bleu clair éclatant, les oiseaux y volaient librement. Le climat aussi était parfait, méditerranéen, c'est-à-dire vingt degrés Celsius, et par conséquent tout le monde était joyeux, y compris notre timide et réservé Casanova. Ce dernier faisait très attention de ne pas se faire remarquer, car passer inaperçu avec son apparence, c’était un peu raté. Soudain, en voyant le grand parc de Karakura, il s’arrêta net, il avait un magnifique point de vue… Le toit d’un supermarché, situé juste en face de l’immense espace vert.

    Il avait les yeux rivés sur les personnes s’y promenant, en couple ou en famille, dans la joie la gaieté et la bonne humeur. Les feuilles étaient toutes vertes, rien d’étonnant s’était l’été, la saison des Amours, à moins que cela ne soit le printemps ? Quoi qu’il en soit, notre ami était l'être le plus heureux du monde, il respirait l’air pur, oui c’était très étonnant mais à Karakura il n’y avait pratiquement aucune pollution, les gens étaient très respectueux de l’environnement et cela se voyait. Casanova souriait niaisement comme à son habitude, c’était énervant pour certain mais amusant pour d’autres, quand soudain une lame de Zanpakuto vint se coller contre sa gorge, il sentit une dizaine de Reiatsu différents juste derrière lui, pas très puissants certes mais en grand nombre donc, mieux valait rester prudent pour ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite car une faute tactique est très vite arrivée lors d’une altercation. Étrangement, il ne tremblait pas, il n’y a que devant ceux qui lui sont nettement supérieurs qu’il doute et qu’il panique du fait de son inexpérience, c’est une réaction tout à fait normale, la conscience du danger est une valeur sure. Ne jamais sous estimer son adversaire non plus, car la moindre erreur peu être fatale, c’est ce qu’Aizen lui dit à la fin de son test d’admission au sein de l’Espada il n’y a pas très longtemps. Mais pour l’heure, il fallait le sortir de se pétrin, mais il ne fallait surtout pas les tuer, donc il allait devoir les assommer un par un et rentrer directement à la maison, tout allait si vite dans sa tête qu’il ne savait pas par où commencer, mais il commença d’abord par se calmer, régula sa respiration puis se leva tout doucement, sans faire de geste brusque pouvant le forcer à sortir irrémédiablement sa lame. Se faire repérer, c’était aussi un peu de sa faute, se mettre la à la vue de tous les Shinigamis c’est pas très malin… Une simple erreur tout à fait réparable cependant, dans la mesure ou aucun officier n’était présent et ou il ne devrait pas livrer bataille des heures et des heures. Il se retourna lentement pour pouvoir regarder ses nombreux ennemis, ceux-ci furent surpris de l’apparence de l’Espada, bleu tirant sur le vert pourvu d’un chapeau haute forme, très stylé celui là ! Mais pour commencer, il fallait que Casanova se débarrasse de son détracteur pour pouvoir être libre de ses mouvements par la suite et neutraliser aisément ses opposants.

    Il était dix, de puissance plus ou moins égale, ils ne devaient pas être très puissants, mais il valait mieux se méfier, rester sur ses gardes c’était ça le secret de la réussite, en très peu de temps, Casanova les avait tous calculés, il allait d’abord employer sa pression spirituelle pour faire s’écrouler celui qui le menaçait et s’occuper des neuf autres ensuite en quelques instants, voilà ça c’était un bon plan plus ou moins sûr de réussir et aucun carnage par la même occasion. Donc, il manifesta une grande quantité de cette énergie formidable cachée au plus profond de son être, ce qui eut pour effet de faire sombrer son adversaire dans l’inconscience et faire tomber son épée au sol dans la foulée. Ensuite dans perdre un instant à rêvasser ou bailler au corneille, il employa un Sonido fulgurent pour disparaître totalement du champ de vision de sa cible suivante, pour apparaître face à lui et il dégaina son katana à moitié, donnant un coup au menton de ce dernier avec le bout du manche de son Zanpakuto. Ce qui entraîna un énorme déséquilibre, puis notre ami lui donna deux coups de pied circulaire à la verticale pour le propulser dans les airs et le faire tomber quelques dizaines de mètres plus loin. Laissant à l’Arrancar tout le loisir d’attaquer un autre membre de leur petite unité dépêchée sur place à l’arrache comme on dit si bien. Et cette erreur tactique n’engendrera rien de bon, oh ça non… Donc, à présent il ne restait plus que huit ennemis sur les dix de départ à neutraliser, ce qui était tout à fait faisable au vu de la facilité avec laquelle Casanova s’était défait de deux d’entre eux déjà. Sa supériorité était largement prouvée malgré la supériorité numérique du camp adverse, et cela ne viendrait qu’étoffer sa future victoire sur eux, il rentrerait le cœur légué et débarrassé de tous ses doutes au sujet de ses capacités au combat… Donc pour le septième ennemi, le plus grand de la bande et le plus costaud, qui était le plus éloigné de lui, il employa un rapide Sonido encore une fois pour apparaître devant lui en une fraction de seconde et mieux le surprendre par la même occasion. La nuit était déjà tombée depuis quelques minutes maintenant et la température avait baissé elle aussi, d’environ trois ou quatre degrés, ce qui était déjà énorme mais fort heureusement la peau des Arrancar était très dure et elle n’était pas affectée par quoi que se soit aussi facilement que celle d’un humain, pratique comme attribut non ?


Dernière édition par Casanova le Lun 15 Fév - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Casanova

Lieutenant des Assassins



MessageSujet: Re: Une promenade dominicale   Lun 15 Fév - 10:06

    Comme vous l’aurez sûrement compris, notre Arrancar se déplace rapidement et arriva derrière le Dieu de la mort en un rien de temps et l’assomma d’un coup sec sur la nuque et pour éviter qu’il ne se blessé accidentellement dans sa chute, il se déposa lui-même au sol tout en gardant le reste de ses adversaires en visuel pour éviter de se faire surprendre bêtement et de se prendre un méchant et mortel coup d’épée. Ensuite, Casanova sauta très haut, chargea sa jambe droite de Reiatsu pour lui donner plus de force de frappe. Pour finir il se rabattu sur son ennemie qui était une femme très belle, il lui donna un violent coup sur la tête pour l’assommer net, et cette dernière chuta, s’étalant sur le sol délicatement, avec grâce et volupté. Il en restait combien à présent ? Cinq ? Hey bien, le nombre avait été divisé de moitié en un rien de temps, puissant ce gars là tout de même ! Mais il restait encore à savoir, comment il allait s’en débarrasser, de ceux là… Une attaque de zone serait la meilleure des solutions envisageable, de plus cela ne serait prit que pour une simple levée de vent nocturne, rien de plus naturel vous ne croyez pas ? Et bien c’était parfait, Casanova se devait d’employer une attaque d’une telle ampleur prestement, il en connaissait une assez adéquate à vrai dire, une technique attirant les choses meubles pour ensuite les repousser au loin. Cette attaque portait le nom de «Tormenta Divina», ce qu’on pourrait traduire par tourmente divine en français. Le concept en était simple, notre ami n’avait qu’à planter son Zanpakuto dans le sol et concentrer son Reiatsu pour former une gigantesque tornade autour de lui, le protégeant assez bien et pouvant tout attirer vers lui ou presque ainsi que de faire graviter les choses autour de lui également. Et en relâchant tout d’un seul coup, tout projeter loin, et donc dans le cas présent, disperser ses ennemis au quatre coins de la ville, pour ainsi prendre la fuite et rentrer chez lui, au Hueco Mundo. Et donc, c’est exactement ce qu’il se passa, il enfonça violemment son sabre dans le toit du supermarché en au duquel il se trouvait alors. La lame brilla de mille feux à son tour, générant une sorte de petite bourrasque, entourant notre Arrancar, mais cette même bourrasque aussi insignifiante soit-elle se transforma en véritable cyclone, et Casanova était d’œil, il était l’œil pour ainsi dire. Un bruit de sifflement se fit entendre, témoignant de la vitesse prodigieuse à laquelle le vent tournait autour de son «maître».

    Cette technique prodigieuse attirait tout, des bancs solidement fixés dur les trottoirs, des lampadaires, des bouts de trottoirs et de macadam également, au même titre que ses cinq opposants restant, ils tournaient très vite autour de lui, à la vitesse maximale du vent, aussi vires s’ajouter les poubelles et les feux de signalisation, les panneaux de circulation et enfin les balustrades, qui virent entrer en collision avec eux. Puis à un moment, Casanova lâcha le tout, dispersant tout ce qui gravitait autour de sa personne au loin, si bien qu’il ne les vit plus, il avaient totalement disparus de son champ de vision et s’était tant mieux pour lui. Il était enfin débarrassé de tous ses pots de colle, mais il fallait encore rentrer à la maison et prendre place une nouvelle fois à la table d’Aizen-sama si le besoin d’une réunion de l’Espada se faisait sentir. Pour finir cette belle soirée, car il était déjà tard (Environ 03h30 du matin). C’est pour cette raison qu’il concentra un peu de son Reiatsu et parvint à ouvrir un Garganta et à l’emprunter. En quelques secondes, il était déjà revenu au palais de Las Noches, pour à la fois se reposer et par la suite recevoir un nouvel ordre de son Roi absolu qui n’était autre qu’Aizen Sôsuke.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
 

Une promenade dominicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chef faustoausto :: RP DES EX MEMBRES :: MONDE DES VIVANTS :: KARAKURA TOWN-